E. coli : des steaks hachés contaminés vendus chez Super U ?

Les magasins U retirent en urgence des steaks hachés surgelés de leurs rayons. Ils seraient contaminés par la bactérie E. coli, extrêmement dangereuse pour les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les malades.

Se retrouver paralysé après avoir mangé un simple steak haché… c’est ce que vous risquez si vous avez récemment fait vos courses dans les magasins U. L’enseigne procède actuellement au rappel d’un lot de produits, “en raison de la suspicion de présence du germe Escherichia coli”.

Des steaks hachés de la marque U retirés des rayons

Les produits rappelés ont été commercialisés au rayon surgelé sous la marque U et conditionnés en boîtes de dix steaks hachés pur bœuf à 15 % de matière grasse. Leur date limite de consommation est fixée au 22 août 2020. Ils portent le numéro de lot 234, le code-barres 3256224170150 et l’estampille FR 44 036 007.

Plus précisément, ils ont été vendus dans les départements suivants : 04 - 05 - 06 - 07 - 09 - 11 - 12 - 13 - 15 - 19 - 24 -26 - 30 - 31 - 32 - 33 - 34 - 40 - 46 - 47 - 48 - 64 - 65 - 66 - 81 - 82 - 83 - 84 - 974 -2A- 2B, ainsi qu'à Andorre.

Système U se tient à disposition des consommateurs au numéro suivant : 09 69 36 69 36. L’ensemble du lot a été retiré des magasins. Les personnes qui auraient déjà acheté une de ces boîtes sont invitées à ne pas consommer leur contenu, et à les rapporter au point de vente.

Des analyses complémentaires ont écarté le risque

Ce jeudi 10 octobre en fin de journée, Système U nous a précisé dans un communiqué de presse avoir procédé à des examens complémentaires sur les steaks suspectés. Les analyses ont permis d'écarter toute suspicion de contamination à l'Escherichia coli O26.

E. coli : des risques d’atteintes rénales et neurologiques

Une contamination par la bactérie E. coli entraîne l’apparition de symptômes similaires à ceux d’une gastro-entérite : diarrhée, maux de ventre, nausées et vomissements… Dans le cas où ces signes apparaissent après consommation d'aliments suspects, consultez rapidement votre médecin. Si vous ne constatez aucun symptôme dans les dix jours, inutile de vous inquiéter.

Chez certaines personnes plus “fragiles” - femmes enceintes, jeunes enfants, personnes âgées, patients immunodéprimés - une intoxication alimentaire à E. coli peut s’avérer plus grave. Ces sujets présentent notamment un risque de diarrhée hémorragique et de déshydratation.

La bactérie E. coli peut également libérer une puissante toxine dans l’organisme, à l’origine du syndrome hémolytique et urémique (SHU). Cette pathologie, mortelle dans 3 à 5 % des cas, se caractérise par une atteinte de la fonction rénale et des complications neurologiques, qui peuvent aboutir au coma.

En 2011, une quinzaine d’enfants ont été frappés par le SHU à cause de steaks contaminés

Ce rappel de viande surgelée n’était pas sans rappeler le scandale sanitaire survenu en juin 2011. La société SEB-Cerf, fournisseuse des magasins Lidl, avait commercialisé des steaks hachés contaminés par E. coli, et une quinzaine d’enfants avaient été hospitalisés d’urgence après avoir développé un syndrome hémolytique et urémique.

Cette affaire a ressurgi dans la presse en septembre dernier, suite au décès d’une des victimes. Nolan, 10 ans, souffrait de graves séquelles depuis sa contamination à E. coli en 2011. Le jeune garçon était resté handicapé moteur et mental, et subissait un vrai calvaire au quotidien.

L’une des victimes est décédée cette année de ses séquelles

“Ça a été un long supplice, car il n’a pas arrêté de souffrir un seul instant : les membres qui se déforment, les os qui se cassent, il a dû subir différentes interventions chirurgicales, il ne pouvait plus manger, déglutir, parler, se mouvoir, car il n’avait plus de coordination”, a détaillé l’avocate de la famille suite au décès de l’enfant.

Le gérant de l’entreprise à l’origine de cette contamination, Guy Lamorlette, a été condamné en appel à trois ans de prison (dont deux fermes) en début d’année. Il devait aussi verser plusieurs milliers d’euros de dommages et intérêts à la famille de Nolan. À ce jour, l’ex-patron n’a toujours rien payé puisqu’il envisage de se pourvoir en cassation. Les parents de la victime, qui ont dû s’endetter pour payer les soins de leur enfant, “sont dans le plus grand désespoir et le plus grand dénuement”, a précisé leur avocate.

Dans le cas des steaks vendus par les magasins U, nous le rappelons, la suspicion de contamination a été levée.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s): Information clients, Courses U, affichage jusqu'au 18/10/2019.