Pyélonéphrite chronique : symptômes, diagnostic, traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa pyélonéphrite chronique est une infection récidivante ou continue au niveau d’un ou des deux reins. Elle survient lorsque les reins et les voies urinaires sont déjà endommagées par une maladie chronique comme le diabète, des lithiases rénales ou toute autre cause d’obstruction rénale. Elle peut se compliquer d’insuffisance rénale et d’une destruction du rein.

Qu'est-ce qu'une pyélonéphrite chronique ?

La pyélonéphrite chronique est une infection permanente du rein, la plupart du temps liée à une obstruction chronique des voies urinaires par une malformation, des lithiases (ou calcul rénal). Elle est également fréquente chez le patient diabétique. Elle aboutit lentement à la destruction du rein.

Cette infection du rein est-elle fréquente ?

La prévalence de la pyélonéphrite chronique n’est pas précise. Elle affecte les personnes ayant des troubles urinaires obstructifs et/ou du reflux dans le bassinet. Elle est significativement moins fréquente que la pyélonéphrite aiguë.

Quels sont les symptômes d'une pyélonéphrite ?

La pyélonéphrite chronique est souvent asymptomatique et sa découverte peut être fortuite, lors d’examens complémentaires. Lorsqu’elle se manifeste, on observe de la fièvre et des signes d’infection urinaire, comme des brûlures mictionnelles, ainsi qu’une intense fatigue. C’est souvent le cas lors des poussées de pyélonéphrite aiguë.

Certains signes peuvent accompagner une pyélonéphrite chronique, comme :

  • une polyurie (envies fréquentes et abondantes d’uriner) ;
  • des douleurs lombaires ;
  • une hypertension artérielle ;
  • des antécédents d’infections urinaires et pyélonéphrites aiguës à répétition.

Quelles sont les causes de la pyélonéphrite ?

Les principales causes de pyélonéphrite chronique sont des pathologies sous-jacentes elles-mêmes chroniques comme :

  • la présence de volumineux calculs rénaux, persistants, provoquant une obstruction des voies urinaires ;
  • le reflux vésico-urétral ;
  • les malformations rénales ;
  • le diabète.

Facteurs de risques

Les principaux facteurs de risque de développer une pyélonéphrite chronique sont :

  • le diabète ;
  • les lithiases rénales fréquentes et volumineuses ;
  • les obstructions rénales.

Personnes à risque

Les personnes à risque de développer une pyélonéphrite chronique sont les diabétiques, les personnes ayant une malformation rénale provoquant une obstruction rénale et les personnes atteintes de pyélonéphrites aiguës à répétition.

Durée et complications

L'évolution d'une pyélonéphrite chronique est variable, selon sa cause. C’est une maladie qui progresse très lentement. La fonction rénale peut rester normale pendant plusieurs dizaines d’années.

Complications

La survenue d’infections aiguës va contribuer à la détérioration des voies urinaires, et peut, à terme provoquer une insuffisance rénale irréversible, nécessitant la dialyse si les deux reins sont touchés.

Photo : machine d'hémodialyse

Photo : machine d'hémodialyse© Istock

Contagion

La pyélonéphrite chronique n’est pas une maladie contagieuse.

Qui, quand consulter ?

En cas de risque de pyélonéphrite chronique, il est nécessaire de consulter son médecin traitant qui, après un examen clinique complet et la réalisation des premiers examens complémentaires, adressera la personne à un néphrologue et/ou un urologue, en fonction de la cause de la pyélonéphrite chronique.

Examens et analyses     

Les examens complémentaires à réaliser pour faire le diagnostic et suivre une pyélonéphrite chronique sont :

  • un ECBU (examen cyto-bactériologique des urines) qui peut être stérile ou positif ;
  • une échographie rénale et /ou un scanner rénal qui peut permettre d’observer la dilatation urétérale induite par un reflux chronique sévère ;
  • une urographie intraveineuse, c’est-à-dire une étude des voies urinaires depuis leur origine dans les reins jusqu’au méat urinaire. Cet examen n’est pas douloureux. Un produit de contraste est injecté par voie intraveineuse et son élimination par les reins est observée par des radiographies.

Quels sont les traitements de la pyélonéphrite ?

Le traitement de la pyélonéphrite chronique passe par celui de sa cause quand il est possible. Il est surtout préventif, en luttant contre les infections bactériennes et l’utilisation réfléchie des antibiotiques. En cas d’insuffisance rénale, la dialyse peut être nécessaire si les deux reins sont touchés.

La surveillance de la fonction rénale et des voies urinaires doit être régulière et fréquente chez les personnes atteintes de pyélonéphrite chronique.

Prévention

La prévention de la pyélonéphrite chronique passe par la prévention des infections urinaires à répétition, c’est-à-dire :

  • boire abondamment,
  • ne pas se retenir d’uriner,
  • aller uriner avant et après chaque rapport sexuel.

Mon conseil de médecin généraliste :

"L’acidité du citron pressé ou de la canneberge permet de prévenir efficacement les infections urinaires, en consommation quotidienne."

Sites d’information et associations

Des sites d’information et des associations sur les complications rénales et pyélonéphrites chroniques sont disponibles sur internet, comme :