Sommaire

© Istock

« J'ai passé ma vie à essayer de lui plaire »

Carrie se souvient d'un mariage « sans passion ni intimité ». « Régulièrement, tous les 4 ou 5 ans, je devais faire face à un profond mal-être psychologique, je voulais me faire aider mais il s'y opposait ». Malheureuse et honteuse de cette situation, elle a fini après de nombreuses années par consulter un psychologue en cachette. « Après six mois de thérapie, j'ai réalisé que quelque chose clochait dans mon mariage sans savoir quoi ». Carrie en a parlé à son mari. Il a refusé d'aller lui-même consulter et a exigé que Carrie cesse de voir son psy. « Quelques mois plus tard, c'était un matin, très tôt, il a déclaré : 'j'ai un défaut que je ne peux pas corriger. Je suis gay, j'ai su dès l'adolescence que j'étais gay' ».

Ce fut d'abord un immense soulagement. Carrie comprenait enfin, qu'elle n'y était pour rien si son couple ne fonctionnait pas. Il ne pouvait tout simplement pas fonctionner. « Ce n'était ni ma faute, ni la sienne. Durant toute ma vie de couple, j'avais cru que je n'étais ni assez jolie ni assez intelligente pour lui, que je considérais comme parfait. J'avais passé ma vie a essayé de lui plaire, sans jamais y arriver. Enfin, je comprenais que je n'étais juste pas du bon sexe et que je ne pouvais rien y changer ». Et puis, en l'espace de quelques heures, le soulagement a fait place à une profonde douleur. « J'ai réalisé que ma vie de couple n'était qu'un canular. Je ne peux pas décrire la cruauté et l'immense trahison que j'ai ressenties. C'était une profonde douleur, comme un deuil ». Durant plusieurs mois, le couple de façade a toutefois continué ainsi. « Il m'a convaincu de garder son secret », explique-t-elle.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.