Les aliments anticancer de la prostate

Un Français sur huit se verra diagnostiquer un cancer de la prostate au cours de sa vie. Mais certains aliments pourraient réduire son risque ! Voici ceux à mettre au menu… sans attendre !
Istock

Ail, oignons et échalotes pour des risques prostatiques

members of the onion family-shallots, red onions, garlic, shallots, leeks, yellow onions© Istock

Ail, oignons, échalotes, ciboulette et même poireaux ! Les alliacés seraient efficaces en prévention du cancer de la prostate ! Une étude sino-américaine menée auprès de 709 hommes en 2007 a même conclu que ceux consommant régulièrement 1g d'échalotes par jour avaient un risque réduit de 70% de cancer de la prostate. Une consommation d’ail équivalente diminuait le risque de 53% ! Par ailleurs, en curatif, "les composés soufrés des alliacés induisent la mort des cellules cancéreuses", indique le Dr David Servan-Schreiber (Anticancer).

Comment consommer ail, oignons et échalotes ? De préférence écrasés ou hachés et avec un peu d’huile d’olive. Les molécules actives sont alors libérées et donc mieux absorbées par l'organisme !

Prostate : du chou sans modération !

Les légumes crucifères sont de puissants alliés contre le cancer de la prostate ! Selon une étude américaine menée auprès de 29 361 hommes en 2007 (1), la consommation régulière de chou-fleur serait associée à une diminution de 52% du risque de cancer prostatique, celle de brocolis à une réduction de 45%, celle de coleslaw ou de choucroute à une baisse de 36% et celle de chou de Bruxelles à une diminution de 29% !

"Les choux contiennent en fait des indole-3-carbinoles, du sulforaphane et des glucosinulates qui sont de puissantes molécules anticancer. Les deux premiers empêchent aussi l’évolution des cellules précancéreuses en tumeurs malignes", explique le Dr David Servan-Schreiber dans Anticancer.

Le brocoli intéresse tout particulièrement. Lors d’une étude publiée en 2017, des chercheurs ont tenté de comprendre les mécanismes de fonctionnement d’un de ses composés, le sulforaphane. Ils en ont conclu que celui-ci, en limitant la présence d’une molécule, pourrait influer sur la capacité des cellules cancéreuses à former des colonies.

Comment consommer les choux ? En cuisson courte à la vapeur, à l’étuvée ou cuits brièvement avec un peu d’huile d’olive. Il faut éviter de les faire bouillir car cela peut détruire les molécules protectrices.

Vidéo : Cancer de la prostate : reconnaître les symptômes

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : - Docteur, c'est la prostate ?, Dr Patrice Pfeifer, Alpen éditions, 2009
Les Aliments bons pour la Santé, Sélection du Reader's Digest, 2009 
Anticancer : Prévenir et lutter grâce à nos défenses naturelles, Dr David Servan-Schreiber, ed.Robert Laffont, 2007
(1) Kirsh et al. Journal du National cancer Institute, 2007
(2) Malik A et al. Prostate cancer prevention through pomegranate fruit. Cell cycle. 2006 Feb 15 ; 5(4) Epub ahead of print) 
(3) Demark-Wahnefried W, et al (Duke University Medical Center). Effects of flaxseed supplementation on prostate cancer tumor growth. Présentation lors du congrès annuel de l’American Society of Clinical Oncology, États-Unis, juin 2007.
(4) Journal of Nutrition, August 2007, vol. 137, 1974-1979
(5) American Journal of epidemiology, “Green Tea Consumption and Prostate Cancer Risk in Japanese Men: A Prospective Study”, Vol. 167, Janvier 2008.
(6) Pelucchi C & al. Fibre intake and prostate cancer risk Int J Cancer. 2004 Mar 20;109(2).
(7) Sinha R, Park Y, et al. Meat and meat-related compounds and risk of prostate cancer in a large prospective cohort study in the United States. Am J Epidemiol. 2009 Nov 1;170(9):1165-77.
La rédaction vous recommande sur Amazon :