Herbert Léonard : il garde des séquelles après sa grave infection pulmonaire

Interviewé dans l'émission : Ca commence aujourd'hui, sur France 2  le chanteur Herbert Léonard donne de ses nouvelles un an après avoir été plongé dans un coma de 32 jours suite à une embolie pulmonaire. 
abacapress

Herbert Léonard revient de loin. Interviewé dans l'émission "Ca commence aujourd'hui" sur France 2, mercredi 12 décembre 2018 pour une édition spéciale sur les célébrités ayant combattu une maladie grave, l'interprète de Pour le plaisir est revenu sur la grave embolie pulmonaire dont il a été victime il y a un peu plus d'un an, dans la nuit du 16 au 17 juin 2017. A la question de la présentatrice Faustine Bollaert, "êtes-vous sortie d'affaire?", le chanteur répond : "pas tout à fait encore, mais j'ai récupéré à 85% maintenant. Je manque encore un peu de souffle, je n'ai pas tout à fait récupéré les aigües dans ma voie." Le regard est ému, la voix tremblotante, mais il garde pourtant le sourire, "tout va bien. Tout va bien", laisse-t-il entendre en se voulant rassurant face aux caméras.

"J'étais dans ma salle de bain et tout d'un coup, je n'arrivais plus à respirer"

Cette embolie pulmonaire lui a valu une période de coma artificiel de 32 jours afin de le sauver au cours de laquelle le chanteur a failli mourir deux fois. Déjà interrogé sur ce sujet par Europe 1, Herbert Léonard avait raconté : "J'ai eu l'impression de m'endormir et de me réveiller dans la même seconde. je n'ai pas eu conscience d'avoir passé 32 jours dans le coma." Interrogé sur les circonstances de son accident il se remémorre : "J'étais dans ma salle de bain et tout d'un coup, je n'arrivais plus à respirer. J'avais beau faire l'effort, je n'y arrivais plus." Heureusement pour lui, sa femme étant présente à leur domicile, elle apu rapidement faire intervenir les secours. Mais que les fans de l'artiste se rassurent, Herbert Léonard a confirmé qu'il continuait bel et bien de chanter, "j'ai juste dû baisser la tonalité de mes chansons.

Détecter une embolie pulmonaire

Il s’agit de la migration du caillot développé dans une veine profonde qui va se bloquer dans l’artère pulmonaire. Pour cela, le caillot suit le sang des jambes qui remonte au cœur, puis est expulsé par le ventricule droit dans l’artère pulmonaire où il provoque un blocage partiel de l’irrigation sanguine des poumons. Le risque est que le sang veineux, pauvre en oxygène, apporté aux poumons par l’artère pulmonaire, « bloquée » par les caillots, ne puisse plus s’oxygèner correctement, provoquant un essoufflement.

Elle se manifeste par une douleur brutale dans la poitrine, sur les côtés, comme un « coup de poignard ». Il s’y associe une gêne respiratoire sous la forme d’un essoufflement soudain. Très rarement, elle peut donner un malaise. Son diagnostic reste très difficile en raison de symptômes souvent anodins (petite douleur, essoufflement passager) et parfois même complètement absents. De nombreuses affections du cœur, de l’estomac, de l’œsophage, du péricarde, de la plèvre ou de la cage thoracique peuvent se manifester par des douleurs dans la poitrine ou par une gêne respiratoire parfois très difficiles à distinguer de celles engendrées par une embolie pulmonaire. C’est pour cette raison qu’il faut consulter rapidement un médecin en cas de douleurs dans la poitrine.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Herbert Léonard : le chanteur souffre encore de séquelles

Source :