AVC hémorragique : le diagnostic

Publié le 10 Novembre 2017 par La Rédaction Médisite
Il est conseillé d’appeler tout de suite le SAMU (15) face à des symptômes d’AVC. Par définition, l’AVC correspond à un arrêt brutal de la circulation sanguine dans une zone cérébrale. Le plus souvent, un caillot bouche une artère (AVC ischémique) mais, parfois, une artère cérébrale se rompt, provoquant une hémorragie…
Publicité

© Istock

AVC : des symptômes proches quelle que soit sa cause

L’AVC (accident vasculaire cérébral) ischémique et l’AVC hémorragique peuvent provoquer des symptômes identiques, d’apparition tout aussi brutale : paralysie touchant un côté du corps, baisse de la vision touchant un œil, perte de sensibilité dans un côté du corps, problèmes de coordination, troubles du langage, vertiges… Cependant, si les symptômes d’hypertension crânienne (ex. : vomissements en jets, somnolence, perte de connaissance, très violents maux de tête) sont particulièrement marqués, le diagnostic s’oriente plutôt vers l’AVC hémorragique. Même ainsi, des examens complémentaires restent nécessaires pour déterminer avec certitude la nature de l’AVC.

Publicité
Publicité

AVC hémorragique : la place de l’imagerie médicale

Si les symptômes d’AVC sont insuffisants pour préciser sa nature, les techniques d’imagerie médicale permettent en revanche de poser un diagnostic précis. Un scanner ou une IRM peuvent en effet révéler l’artère touchée et l’étendue de l’hématome cérébral lié à l’hémorragie. Un traitement médicamenteux et/ou chirurgical est ensuite mis en place. Au besoin, l’hématome peut notamment être évacué par voie chirurgicale.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X