Le vapotage peut endommager vos vaisseaux sanguins... et vous causer un AVC !

Le vapotage fait de plus en plus parler de lui… et pas en bien. Une étude américaine révèle que cette pratique rétrécit la paroi des vaisseaux sanguins, ce qui diminue les apports en oxygène de l’organisme et contribue au risque cardiovasculaire.

Si le nombre de fumeurs est en baisse, celui des vapoteurs est à la hausse dans l’hexagone. En 2018, Santé Publique France a enregistré 500 000 consommateurs de cigarettes électroniques supplémentaires. Ainsi, plus de 15 % des Français auraient déjà adopté cette pratique.

Mais le vapotage n’est pas non plus sans risque… Des recherches menées par l’Université de Pennsylvanie, et publiées dans la revue Radiology, révèlent que des produits chimiques présents dans le liquide des cigarettes électroniques endommagent les vaisseaux sanguins. Certaines artères majeures pourraient être jusqu’à 34 % moins larges chez les personnes qui en utilisent.

La chaleur transforme les produits chimiques des liquides aromatisants en particules toxiques

Les chercheurs ont découvert que la chaleur transforme les produits chimiques contenus dans les liquides aromatisants en particules toxiques, qui vont ensuite faire des dégâts sur les vaisseaux sanguins. Et cela, même dans les cigarettes électroniques sans nicotine.

Pour arriver à ces conclusions, ils ont analysé l’imagerie médicale de trente-et-un volontaires qui utilisaient ce type de cigarettes électroniques, et ne fumaient pas à côté. Ils ont examiné leurs IRM avant, et après le vapotage. Résultat : une seule séance de vapotage, soit seulement 16 bouffées de 3 secondes chacune, semble avoir des effets graves et immédiats.

Le vapotage rétrécit les vaisseaux sanguins et prive l’organisme d’oxygène

Les IRM ont révélé qu’environ 17,5 % moins de sang circulait dans la grande artère fémorale qui traverse la cuisse et la jambe. Les participants avaient aussi 20 % moins d’oxygène dans leurs vaisseaux sanguins, et ces derniers étaient rétrécis d’environ 34 %.

Les vaisseaux étant plus étroits, moins de sang peut y circuler, et atteindre certaines parties du corps, qui reçoivent donc moins d’oxygène. Si celui-ci vient à manquer, notamment dans le cerveau, le patient risque l’AVC. Une privation d’oxygène peut aussi être à l’origine d’un infarctus.

“Les cigarettes électroniques sont présentées comme étant sans danger, et de nombreux utilisateurs sont convaincus qu’ils ne font qu’inhaler de la vapeur d’eau”, déplore le Dr. Alessandra Caporale, auteure principale de l’étude. “Mais les solvants, les arômes et les additifs contenus dans le liquide exposent les consommateurs à des atteintes multiples au niveau des voies respiratoires et des vaisseaux sanguins”.

Le propylène glycol et le glycérol contenu dans les e-cigarettes sont particulièrement toxiques

Les scientifiques ont identifié deux substances principales qui épaississent et resserrent la paroi interne des vaisseaux. “Même si le liquide des cigarettes électroniques peut être relativement inoffensif en lui-même, le processus de vaporisation peut transformer ses molécules - en particulier le propylène glycol et le glycérol - en substances toxiques”, indique le Dr. Felix Wehrli, investigateur principal de l’étude.

Si ce dernier devait faire une recommandation aux jeunes consommateurs, ce serait donc de “ne même pas commencer à utiliser des cigarettes électroniques”. Il explique en effet que “nous avons tous tendance à croire que c’est la nicotine qui est toxique. Mais nous avons constaté que des dangers existent, indépendamment de la nicotine”.

Le chercheur met en garde contre l’usage régulier de ce type de produits. “Clairement, s'il y a un effet après une seule utilisation d'une e-cigarette, vous pouvez imaginer quel type de dommage permanent pourrait être causé après un vapotage régulier sur plusieurs années."

Les cigarettes électroniques, dans le viseur de l’agence de santé publique américaine

L’étude du Dr. Caporale et son équipe tombe à pic, puisque les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (agence fédérale de santé américaine) enquêtent actuellement sur le lien possible entre le vapotage et plus de 100 cas de maladies pulmonaires récemment enregistrées dans le pays.

Pour rappel, plusieurs dizaines de personnes ont été hospitalisées ces dernières semaines pour des problèmes respiratoires sévères, des fatigues et des engourdissements. Toutes avaient en commun de fumer des cigarettes électroniques…

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.