Comment reconnaître un AVC ?

AVC = des symptômes toujours brutaux

© IstockParalysie, troubles du langage, de la vue ou mal de tête violent… "Tous ces signes, et d’autres comme une perte d’équilibre, peuvent révéler un infarctus (artère qui se bouche) ou une hémorragie (artère qui se rompt) au niveau du cerveau", souligne le Dr Alamowitch. Le signe "qu’il peut s’agir d’un accident vasculaire cérébral, c’est la brutalité des symptômes". En l’espace de quelques secondes une partie du cerveau n’est plus irriguée, et immédiatement, les fonctions qui lui sont associées s’en trouvent perturbées ou détruites.

Publicité
Publicité

AVC : comment réagir ?

Dès que l’on suspecte un AVC, il faut immédiatement appeler le Samu, en précisant bien l’état de la personne (d’où l’importance des tests expliqués précédemment) et surtout l’heure où sont survenues les symptômes. "Si une artère est bouchée, il existe un traitement nommé thrombolyse. Administré par perfusion en cas d'artère bouchée par un caillot, elle permet de dissoudre ce dernier. Elle doit être mise en route dans les trois à quatre heures trente (suivant les dernières études) suivant les premiers symptômes. Plus le traitement est donné rapidement, plus le cerveau est irrigué à nouveau, moins il souffre et plus on augmente les chances de guérison", insiste le Dr Sonia Alamowitch, neurologue.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X