Sodomie : 3 risques à connaître

Les risques de la sodomie existent bel et bien : certains sont bénins, d'autres nettement plus graves… Cependant, lorsqu'elle est pratiquée dans de bonnes conditions, la sodomie ne présente pas de dangers particuliers.
©iStockIstock

Sodomie : gare aux infections

La muqueuse de la région anale est très fragile : un germe peut facilement s'introduire via une microcoupure. En d'autres termes, le risque de contracter une infection sexuellement transmissible (IST) est particulièrement élevé en cas de sodomie. Seule solution : utiliser un préservatif, surtout avec les partenaires ponctuel(le)s… Il est aussi vivement recommandé de changer de préservatif entre une sodomie et une pénétration vaginale. La contamination des voies uro-génitales par des germes de la zone anale pourraient, sinon, entraîner des infections du type cystite (inflammation de la vessie) par exemple.

Sodomie et risque de douleur

Le vagin est naturellement lubrifié sous le coup de l'excitation sexuelle, mais ce n'est pas le cas de l'anus. Pour éviter des frottements très douloureux (la zone anale est richement innervée) pouvant éventuellement provoquer des saignements, il est recommandé d'utiliser un gel lubrifiant avant la sodomie et de faire preuve de beaucoup de douceur durant la pénétration anale.

Sodomie brutale : des risques d'incontinence anale

Des sodomies brutales, trop souvent répétées, peuvent entraîner de l'incontinence anale à plus ou moins long terme. À noter que l'utilisation de jouets sexuels trop "volumineux" durant la sodomie peut aussi entraîner de l'incontinence anale.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Sodomie
Source(s):
La rédaction vous recommande sur Amazon :