Le sexe après 60 ans... c’est tabou !


Le pourcentage de consultations en sexologie de sujets de plus de soixante ans est toujours stable, variant autour de 5 % pour les femmes et 10 à 15 % pour les hommes. Autant dire que ces chiffres sont loin de traduire la réalité des besoins !

Publicité

Sexualité tardive : faut-il renoncer ?


Le vieillissement de la sexualité est un thème tabou qui n’offre le choix qu’entre des anecdotes impudiques ou, à l’extrême, un renoncement définitif qui clôt la discussion. Préjugés et idées reçues font bon ménage pour dénaturer, au sens propre du terme, les besoins d’émotions et d’orgasmes qui s’affichent désormais dans un cadre joyeusement stérile. Cette sexualité, qui n’est plus fécondante, a-t-elle changé à ce point de nature pour paraître aussi obscène, aussi illégitime ?

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X