8 choses à savoir sur le sadomasochisme
Sommaire

Le SM, une perversion ?

Immorale, perversion, déviance… Dans l’imaginaire collectif, les relations sadomasochistes sont considérées comme anormales. Pourtant, elles peuvent permettre à certains couples qui ont du mal à faire monter le désir de retrouver leur libido.

"Ce n’est pas conventionnel oui, on sort de la routine : préliminaire puis pénétration" reconnaît Manon Bestaux, sexologue. Mais "il ne faut pas oublier la dimension amoureuse dans une relation sadomasochiste, il faut le prendre sous forme de jeu, de mises en scène qui permettent de sortir de cette routine".

Une relation consentie

Même si une relation sexuelle "SM" impose à l’un d’avoir mal, cela n’a rien d’une relation forcée. Elle doit avoir lieu entre deux êtres libres et consentants. Une relation de ce type implique d’ailleurs plus de confiance que les autres. "La communication avant est importante, il ne faut pas avoir peur d’en parler et de bien définir les règles" souligne Manon Bestaux. Il est nécessaire de se connaître, savoir pourquoi on en a besoin et oser le faire traverser à l’autre.

Un risque de manipulation ? Il ne faut pas confondre le sadisme psychologique et une relation "SM" dans laquelle il ne doit pas y avoir de manipulation. Dans une relation sexuelle de ce genre, l’un prend du plaisir à rabaisser l’autre mais ce dernier aime également sa position de dominé. Le plaisir est égal, personne ne doit tirer profit de l’autre. Une nuance tout de même : "Si une femme pense qu'il n'y a qu'un seul homme capable de lui donner du plaisir, elle peut se retrouver à suivre cet homme là dans tous ses fantasmes sans être consciente de sa soumission", explique la sexologue.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

mots-clés : Sexualité
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Manon Bestaux, sexologue clinicienne et présidente du Syndicat National des Sexologues et Cliniciens.