Une nouvelle maladie transmise par les tiques vient d’être découverte

Des chercheurs chinois viennent de découvrir un tout nouveau virus transmis par les tiques. Les symptômes de l’infection vont de la fièvre et des maux de tête au coma, en passant les douleurs musculaires et articulaires.

©Istock

Lorsqu’on parle des tiques et de leurs dangers, on pense tout de suite à la maladie de Lyme. Mais ces petits bêtes de la famille des arachnides peuvent aussi transmettre d’autres pathologies. Et des chercheurs viennent justement d’en découvrir une nouvelle…

Le “virus Alongshan” s’ajoute à la liste des maladies transmises par les tiques

Dans un article publié dans le New England Journal of Medicine, des chercheurs de la Foshan University (Chine) affirment avoir découvert un nouveau virus, qu’ils ont baptisé “le virus Alongshan” (ALSV), d’après le nom de la ville où a été enregistré le premier cas.

En effet, tout a commencé au printemps 2017, lorsqu’une agricultrice de 42 ans vivant à Alongshan (Mongolie) s’est rendue à l’hôpital local. Celle-ci avait récemment été mordue par une tique, et se plaignait de fièvre, de maux de tête, de fatigue, de toux et de maux de gorge. Ses ganglions étaient gonflés et douloureux, sur le côté droit de son cou.

Ces symptômes étaient similaires à ceux causés par le virus de l’encéphalite, lui aussi transmis par les tiques. Mais les tests de dépistage se sont avérés négatifs. En revanche, les médecins ont trouvé un autre virus, dont la séquence génétique n’avait encore jamais été vue auparavant.

La “tique de la taïga” pourrait transmettre le virus

Des tests sanguins effectués sur plusieurs habitants de la région ont montré que 86 autres personnes, ayant des antécédents de morsures de tiques, étaient infectées par ce virus. La principale suspecte est la tiqueIxodes persulcatus, aussi appelée “tique de la taïga”. Celle-ci est plutôt présente en Asie, en Russie et en Europe de l’Est, et aime se nourrir de sang prélevé sur différents mammifères, dont les humains.

Mais d’autres espèces de tiques pourraient aussi transmettre la maladie. Et ce nouveau virus ne fait que s’ajouter à la (longue) liste des pathologies transmissibles par ces acariens - qui pourrait encore s’allonger, au fil des découvertes scientifiques.

Les chercheurs ignorent encore si la maladie peut laisser des séquelles

Cette étude a permis de mettre en évidence les symptômes les plus courants qui découlent de ce virus, à savoir : des maux de tête et de la fièvre. Mais d’autres patients ont fait état de fatigue, dépression, manque d’appétit, nausées, douleurs musculaires et/ou articulaires, éruptions cutanées et pétéchies. Trente personnes sont même tombées dans le coma.

La plupart de ces symptômes ont tendance à disparaître au bout d’une semaine de traitement, avec un antiviral couplé à un antibiotique. Aucune conséquence grave ni de décès n’a été enregistré pour le moment, mais la découverte est encore trop récente pour savoir si ce virus peut (ou non) causer de graves séquelles à long terme. Les médecins ignorent également les effets véritables de l’antiviral et de l’antibiotique sur le virus et l’infection. Des recherches complémentaires doivent donc être réalisées. 

Publié par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé le Lundi 03 Juin 2019 : 12h10