Sinemet®: une pénurie de ce médicament anti Parkinson est à craindre

Publié le 27 Septembre 2018 par Claire Ménage, journaliste santé
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), indique dans un communiqué du 19 septembre 2018 une pénurie à prévoir du médicament SINEMET®. Ce traitement est prescrit pour des patients atteints de la maladie de Parkinson.
Publicité

© Adobe StockDes patients atteints de la maladie de Parkinson devront certainement se tourner vers un générique du médicament SINEMET®. D’après un communiqué de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), du 19 septembre 2018, "le laboratoire MSD annonce des difficultés de production entraînant l’indisponibilité prolongée de certains dosages de la spécialité SINEMET®, médicament antiparkinsonien associant la lévodopa et la carbidopa". La rupture de stock qui avait commencé fin août 2018 et devrait encore se poursuivre jusqu’en mars 2019, selon l’agence. Un plan d’action devrait être mis en place afin d’éviter l’interruption du traitement chez les patients concernés. L’ANSM, consciente de la situation, précise que les patients ne doivent en aucun cas changer de médicaments sans avoir au préalable consulter leur médecin traitant.

Publicité
Publicité

Certaines conditions à respecter lors du changement de traitement

Les médecins des patients déjà traités sont invités à prescrire du MODOPAR® ou ses génériques. C’est un autre médicament de SINEMET® à base de lévodopa/bensérazide. Seule recommandation, il ne peut être donné qu’en "l’absence d’intolérance majeure lors d’une prescription antérieure, en tenant compte des équivalences", précise l’ANSM. Ce changement de médication impose certaines conditions à respecter :

- prescrire la même dose de levodopa totale quotidienne et pour chaque prise, - le nombre de prise et leur répartition sur la journée doivent être identiques,- la forme galénique doit être la même, sachant que : une forme à libération immédiate ne peut être remplacée que par une forme à libération immédiate (comprimé ou gélule) ; une forme à libération prolongée (LP) ne peut être remplacée que par une forme LP ; la forme dispersible du MODOPAR® 125 ne doit pas être utilisée en relais d’une forme à libération immédiate ou prolongée.

Un suivi médical est fortement préconisé dans tous les cas.

Des complications qui peuvent aller jusqu'au décès du patient

L’association France Parkinson a saisi la Ministre des Solidarités et de la Santé sur la pénurie des médicaments. Reçue vendredi 7 septembre 2018 par le Directeur de cabinet M. Raymond Le Moig, l’association a voulu aborder ce problème recurrent. Selon eux, "il est intolérable que les malades de Parkinson subissent mois après mois des ruptures de leur traitements, traitements pourtant inscrits à la liste des médicaments à intérêt thérapeutique majeur et pour lesquels des plans de gestion de pénurie doivent être mis en place". Ce mécontentement se fait ressentir chez certains médecins qui pensent que le sevrage de lévodopa peut être dangereux. "Un arrêt brutal peut se traduire par des complications potentiellement gravissimes", alerte le Pr Damier dans Le Figaro. Des complications qui peuvent aller jusqu'au décès du patient.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X