Ostéoporose : quelles complications ?

L’ostéoporose est fréquente après la ménopause. Elle est souvent silencieuse, pourtant elle peut avoir des conséquences graves sur la santé : fracture vertébrale, compression des organes, fonte musculaire... Il ne faut pas la négliger. Le point avec Medisite !
Istock

Ostéoporose : des risques de fracture du poignet

cropped image of beautiful mature woman with her arm in gypsum sitting at the traumatologist© Istock

"L'ostéoporose est une perte de tissu osseux. Habituellement, l'os, qui est un tissu vivant, est en constant remodelage, c'est-à-dire que des cellules, les ostéoclastes détruisent l'os ancien puis d'autres, les ostéoblastes, reconstruisent du tissu neuf", explique le Pr Philippe Orcel. "Lorsque les premières sont trop actives ou les secondes plus assez nombreuses, la perte osseuse s'accélère, fragilisant le squelette qui devient poreux.

Le risque de fracture augmente alors. Les plus courantes sont celles du col du fémur, du poignet et des vertèbres, mais tous les os peuvent être touchés sauf ceux du crâne, du rachis cervical, des mains et des orteils."

Ostéoporose : des risques de fracture vertébrale

"Le risque de fracture vertébrale est une complication fréquente de l’ostéoporose, qui peut passer inaperçue car elle ne s'accompagne pas forcément de douleurs. En général, les premières vertèbres touchées sont celles de la charnière thoraco-lombaire, c'est mécanique puisqu'elles doivent supporter le poids de la colonne", explique le Pr Philippe Orcel, rhumatologue.

Non diagnostiquée, la fracture vertébrale provoque alors une réaction en chaîne. "Si la fracture est douloureuse, la personne va réduire son activité et augmenter ainsi les risques de lésions sur d'autres vertèbres. De façon générale, dans l'ostéoporose on observe que la fracture appelle la fracture. Une première fracture multiplie par 2 à 4 le risque d'en subir une seconde."

Ostéoporose : des risques digestifs

Même lorsqu'elles ne sont pas douloureuses, les fractures osseuses liées à l’ostéoporose finissent par se signaler d'une autre manière.

"Progressivement, la personne se voûte et sa taille diminue. Elles entraînent alors un préjudice susceptible de retentir sur l'image de soi, mais pas seulement. Ce préjudice provoque également des malaises digestifs dus à la compression des organes", explique le Pr Philippe Orcel, rhumatologue.

Pour éviter d'en arriver là, une seule solution : faire évaluer ses facteurs de risques afin de les prévenir le plus tôt possible, car l'âge moyen de survenue de la première fracture vertébrale est de 65 ans !

Vidéo : Le remède de grand-mère anti ostéoporose : le magnésium

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source : Remerciements au Pr Philippe Orcel, chef du service Rhumatologie de l'hôpital de Lariboisière à Paris, président de la Société française de rhumatologie.
Rhumatologie.asso.fr  : le dossier consacré à l'ostéoporose sur le site de la Société française de Rhumatologie 
www.grio.org  : le site de groupe de recherche et d'information sur les ostéoporoses 
La rédaction vous recommande sur Amazon :