Comment se passe une toilette mortuaire ?
Sommaire

Et la famille

Comment se passe une toilette mortuaire ?© Istock"La toilette mortuaire s’inscrit dans un rituel socio-culturel. Elle fait partie du processus de deuil. Pour les proches, c’est aussi le moment de rendre un des derniers hommages", souligne M. Camarasa. Avant d’ajouter : "Le rôle du personnel soignant est de faire en sorte que le recueillement puisse se faire dans les conditions les plus favorables. Nous nous efforçons d’atténuer sur le visage des disparus les traces du combat mené, souvent contre la maladie". Si la famille le souhaite, elle peut tout à fait participer à la toilette mortuaire.

Des soins d'hygiène...

La toilette mortuaire est réalisée directement dans le lit du défunt. Comme pour une toilette classique, elle est pratiquée du haut vers le bas, du plus propre vers les zones plus sales avec de l’eau tiède et du savon. Les ongles sont également nettoyés mais le visage des hommes n’est pas rasé sauf sur demande de la famille. "Le corps n’est jamais déposé entièrement à plat, la tête est toujours légèrement relevée pour éviter que les livor mortis (lividités cadavériques ndlr) ne se déposent dans les parties déclives du visage", explique M. Camarasa. Souvent, les yeux sont fermés manuellement pendant la toilette mortuaire. La mandibule du défunt est mise en occlusion à l’aide d’un drap roulé sous le menton. Au total, cette étape dure entre 30 et 45 minutes. "Pendant l’ensemble des soins, nous attachons la plus grande importance au respect de la pudeur et à la dignité de la personne défunte. Nous nous en occupons comme si elle était vivante, nos gestes sont toujours respectueux", détaille le spécialiste.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Remerciements à Frédéric Camarasa, technicien d’autopsie et agent de service mortuaire au CHU de Montpellier