Sommaire

La crémation de plus en plus choisie

La crémation de plus en plus choisie© Adobe StockMarginale en 1980, où elle concernait moins d’1% de la population, la crémation était choisie en 2013 pour plus de 33 % des obsèques et devrait atteindre les 50 % d'ici 15 ans. Ce qui en fait la deuxième pratique la plus répandue en France.

Définition : la crémation est une technique funéraire visant à brûler et réduire en cendres le corps du défunt. Les motivations sont diverses : écologiques, philosophiques, sociologiques ou encore économiques.

Au préalable : "La personne avant son décès peut faire un contrat obsèques dans l'entreprise de pompes funèbres de son choix, en précisant toutes ses volontés. Par exemple, elle doit préciser si elle souhaite la dispersion de ses cendres au jardin du souvenir, à la mer, ou encore dans un bois. Les pompes funèbres sont dans l'obligation de préciser le lieu de dispersion sur un formulaire qui sera donné à la mairie" explique Marie-Thérèse Ferreira De Moura, conseillère funéraire aux Pompes Funèbres.

La mise-en-bière est obligatoire avant la crémation.

Deux choix possibles :

- Disperser les cendres : "Si le défunt a fait part de sa volonté pour la dispersion des cendres, elle sera effectuée dans des espaces collectifs prévus à cet effet, aménagés dans un cimetière ou sur un site cinéraire. Les cendres pourront également être dispersées en pleine nature, à l’exception des voies publiques”. Avant de poursuivre : "Le premier prix pour une dispersion de cendres avoisine les 1230 euros. S’il y a crémation et dispersion des cendres, il est possible de faire la cérémonie au crématorium où le corps a été crématisé."

- Inhumer les cendres : "Si les proches souhaitent conserver les cendres, ils peuvent opter pour un espace collectif appelé le columbarium. Cet endroit est aménagé dans un cimetière ou sur un site cinéraire, il se compose de cases individuelles destinées à accueillir une ou plusieurs urnes. Egalement, il existe des espaces privatifs pour conserver les cendres, l'urne peut être inhumée dans une tombe, dans une sépulture cinéraire, en pleine terre ou dans un caveau spécifique. Elle peut aussi être scellée sur un monument existant." La conseillère ajoute : "Une crémation avec inhumation dans un caveau familial coûte plus cher qu'une simple inhumation. Les proches devront choisir si la cérémonie sera religieuse, à l’église la plus proche du domicile, ou si elle sera civile, c’est-à-dire au cimetière de l'inhumation."

La dispersion des cendres en mer : D'après le code général des collectivités territoriales, la dispersion des cendres cinéraires en mer est autorisée si elle respecte la réglementation maritime française et si elle est effectuée à plus de 300 mètres de la côte. En revanche, elle est interdite dans une rivière, un fleuve ou un cours d’eau.

Si les cendres ne sont pas récupérées par les proches, le crématorium les conserve au maximum 12 mois.

Incinération ou crémation ? Le terme incinération est un abus de langage, on l'utilise à tort, on incinère des déchets, on crématise des corps.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.