Ménopause : certains traitements hormonaux augmenteraient les risques de thrombose veineuse

Une récente étude britannique a démontré que certains traitements hormonaux de la ménopause par voie orale rendraient plus à risque de thrombose veineuse. Un risque que l'on ne retrouve pas avec les traitements transdermiques, trop peu considérés par les médecins selon les chercheurs.

Publicité

Outre son impact psychologique, la ménopause entraine des désagréments physiques : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes... Des symptômes parfois très gênants qui peuvent être soulagés par un traitement hormonal de la ménopause dit substitutif). Mais tous ne se vaudraient pas : une étude britannique publiée le 9 janvier 2019 dans le British Medical Journal révèle que les traitements hormonaux de la ménopause en comprimés augmenteraient les risques de thrombose veineuse.

Thrombose veineuse : les femmes qui prennent un traitement oral à base d'œstrogènes en souffrent plus

Publicité
Publicité

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données de plus de 80 000 femmes âgées entre 40 et 79 ans souffrant de thrombose veineuse, sur une période allant de 1998 à 2017. Elles ont été comparées à celles de plus de 390 000 autres femmes en pleine santé. Dans le premier groupe, 5795 femmes suivaient un traitement hormonal de la ménopause dont 4915 un traitement par voie orale. Dans le deuxième, elles étaient au nombre de 21 670, et 16 938 prenaient également des comprimés.

Au final, ils ont pu observer que les femmes ayant été exposées récemment à un traitement hormonal substitutif sous forme de comprimés avaient plus de risques de développer des caillots sanguins. Par rapport à la population non exposée à ce type de traitement, "le nombre de cas supplémentaires de thrombose veineuse était de 9 femmes pour 10 000 chaque année", précisent les chercheurs. Un risque qui augmente également en fonction des hormones prises : ainsi, les traitements oraux à base d'œstrogènes fabriqués à partir d'urine de cheval augmenteraient de 15% les risques comparés à ceux à base d'estradiol synthétique.

Les traitements transdermiques seraient "les plus sûrs"

En revanche, ces risques ne concernent pas les traitements dits transdermiques, c'est-à-dire les gels, les patchs et les crèmes, considérés par les chercheurs comme "le type de traitement hormonal de la ménopause le plus sûr". Un traitement toutefois "sous-utilisé" selon eux, et qui mériterait d'être prescrit à plus de femmes. "Notre étude confirme que les risques de thrombose chez les patients sous traitement hormonal substitutif autre que les comprimés sont très bas, affirme le Dr Yana Vinogradova, l'une des auteurs de l'étude. Ces résultats se révèlent être des informations particulièrement importantes pour les femmes qui doivent prendre un traitement hormonal et qui ont déjà un risque élevé de développer des caillots sanguins."

Les médecins invitent toutefois les femmes à ne pas arrêter d'elles-mêmes leur traitement et à se tourner vers eux pour toute question.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X