Chaleur et médicaments : attention, danger !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteCes derniers jours, la température n'a fait que grimper. Une bonne nouvelle pour ceux qui attendaient les beaux jours avec impatience... sauf pour les personnes sous traitement. En cas de forte chaleur ou sous l'effet des UV, certains médicaments peuvent en effet représenter un risque pour la santé. Voici ceux dont vous devez vous méfier !
Chaleur et médicaments : attention, danger !Istock
Sommaire

L’été est enfin arrivé. Le thermomètre grimpe en flèche et atteint facilement les 35 °c. Problème : le mélange chaleur-médicaments ne fait pas tout le temps bon ménage. Coup de chaleur mortel, séquelles neurologiques, déshydratation… Leurs conséquences sur la santé sont nombreuses. Aussi, découvrez sans plus attendre la liste des traitements qui peuvent s’avérer dangereux quand il fait chaud.

Pourquoi les médicaments peuvent présenter un risque en cas de forte chaleur ?

Tout d’abord, il est bon de rappeler que la chaleur, seule, constitue une agression pour l’organisme. En effet, lorsqu’il fait chaud, le corps fait tout pour s’adapter, en essayant de diminuer, entre autres, sa température. Si ce processus ne fonctionne pas, des conséquences graves sur la santé peuvent survenir.

L’ANSM note ainsi, parmi les complications les plus graves, la déshydratation, le coup de chaleur ou encore l’aggravation d’une maladie (souvent cardiorespiratoire, rénale, endocrinienne). Le coup de chaleur notamment peut s’avérer mortel, et il doit être soigné rapidement pour prévenir des séquelles neurologiques.

Revenons maintenant aux médicaments. Quelle est l’action de la chaleur sur leurs molécules ?

En cas de fortes chaleurs, certains traitements augmentent par exemple l’élimination de l’eau au niveau des reins et peuvent donc majorer une déshydratation. La déshydratation peut elle-même avoir des conséquences sur la transformation de certains médicaments dans le corps humain.

D’autres traitements peuvent aussi bloquer les mécanismes de refroidissement du corps. Pour que ces derniers se mettent en marche, il faut notamment que le système nerveux central puisse commander une dilatation des vaisseaux à la surface de la peau, afin de permettre une meilleure circulation du sang, une meilleure évacuation de la chaleur et une meilleure transpiration.

Enfin, certains médicaments peuvent aggraver les effets de la chaleur, en abaissant la tension artérielle ou en altérant la vigilance.

Canicule : les traitements dont vous devez vous méfier

Certains médicaments courants, dont on ne se méfie pas, peuvent aggraver le danger d’une trop longue exposition à la chaleur. C’est pourquoi ils nécessitent une vigilance accrue. Il s’agit :

  • des médicaments pour traiter une maladie cardiaque : les diurétiques peuvent aggraver la déshydratation et les médicaments traitant les troubles du rythme ainsi que la digoxine peuvent même devenir toxiques en cas de déshydratation. Enfin, les médicaments contre la tension et l’angine de poitrine peuvent aggraver une hypotension.
  • des médicaments utilisés en psychiatrie : les neuroleptiques peuvent dérégler le thermostat central de l’organisme et provoquer une augmentation de la température ; les sels de lithium peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ; les médicaments contre la dépression peuvent gêner la transpiration ;
  • des médicaments pour traiter une épilepsie : ils peuvent devenir toxiques en cas de déshydratation ;
  • des médicaments de la migraine : ils peuvent empêcher la dilatation des vaisseaux de la peau ou diminuer la transpiration ;
  • certains antibiotiques et certains antiviraux : ils peuvent gêner le fonctionnement normal du rein en cas de déshydratation ;
  • certains immunosuppresseurs : ils peuvent gêner le fonctionnement normal du rein en cas de déshydratation ;
  • des anti-inflammatoires (notamment l’aspirine à une dose supérieure à 500 mg/j) peuvent gêner le fonctionnement des reins en cas de déshydratation ;
  • certains médicaments soignant la maladie de Parkinson, l’incontinence urinaire ou l’allergie peuvent gêner la transpiration.

Attention : n’arrêtez jamais votre traitement sans en avoir discuté avec votre médecin. Dans la plupart des cas, un médicament ne représente pas un risque à lui tout seul, surtout s’il est bien utilisé. D’autres facteurs de risque, comme la maladie ou l'âge, doivent être pris en considération. Dans tous les cas, un professionnel pourra réévaluer l'intérêt de chacun de vos médicaments en terme de bénéfice-risque.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Anti-inflammatoire