Les médicaments sous haute surveillance
Sommaire

Stablon® : ce n'est pas un anxiolytique !

heap of medical pills in white, blue and other colors pills in plastic package concept of healthcare and medicine© Istock

Antidépresseur disponible depuis 1988, le Stablon® (tianeptine) fait l’objet d’une surveillance renforcée depuis 2007.

Pourquoi est-il sous surveillance renforcée ? Parce qu’il peut entraîner une dépendance et un abus d’utilisation. En 2007, le laboratoire Servier fabriquant le Stablon® estimait ces risques à 1 à 3 patients traités sur 1 000. 'Le motif principal de l’abus est la recherche d’un effet anxiolytique. L’arrêt du traitement est difficile en raison de l’apparition possible d’un syndrome de sevrage', expliquait le Dr Daniel Molle, directeur général du laboratoire, dans une lettre adressée aux médecins en 2007.

Précautions d’emploi : ‘Si le médicament est bien utilisé, c'est-à-dire selon la posologie fixée par le médecin, et que les pharmaciens résistent à la pression des personnes dépendantes, il ne devrait pas y avoir de problème’, explique le Dr Martial Fraysse, pharmacien. Un traitement d’antidépresseurs ne doit jamais être arrêté brutalement et impose un suivi médical régulier.

Contre-indications : ne pas associer la prise de Stablon® avec un IMAO, inhibiteur de monoamine oxydase (ex: Marsilid®). En cas de grossesse ou d’allaitement, demandez conseil à un médecin avant toute prise.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):
La rédaction vous recommande sur Amazon :