Johnson & Johnson condamné : son médicament fait pousser la poitrine chez les hommes !

Mardi, le géant pharmaceutique Johnson & Johnson à été condamné à payer huit milliards de dollars pour n'avoir pas prévenu qu'un de ses médicaments faisait pousser la poitrine chez les hommes.

Une amende de 8 milliards de dollars

Une lourde amende.

Johnson & Johnson et sa filiale Janssen Pharmaceuticals doivent payer une amende de huit milliards de dollars suite à la plainte d’un patient prénommé Nicholas Murray. Il a affirmé que le médicament Risperdal, prescrit pour traiter la schizophrénie et les troubles bipolaires, lui avait fait pousser la poitrine.

Le géant pharmaceutique a répondu à cette condamnation : “La somme est "grossièrement disproportionnée" par rapport au dédommagement initial fixé à 680.000 dollars”. L'entreprise est "convaincue que cette décision sera modifiée et va immédiatement demander à ce que ce verdict excessif et injustifié soit écarté ".

Le géant pharmaceutique a affirmé que le tribunal avait porté atteinte aux droits de la défense, en l’empêchant notamment de verser au dossier des "éléments clés" sur l'étiquetage du Risperdal.

Cette amende pourrait ne pas être la dernière. Johnson & Johnson fait face à une série de plaintes devant des tribunaux d'État pour n'avoir pas suffisamment averti de cet effet du Risperdal, notamment en Pennsylvanie, en Californie et dans le Missouri.

Ce médicament avait pourtant été approuvé par l'agence fédérale des médicaments "la Food and Drug Administration" en 1993, et a même généré 737 millions de dollars de ventes en 2018.

Dans quels cas le médicament Risperdal est-il utilisé ?

Ce médicament est un neuroleptique dit "atypique". Certains de ses effets indésirables sont moins marqués que ceux des neuroleptiques classiques. Il a des propriétés antipsychotiques.

Il est utilisé pour traiter les pathologies suivantes :

  • Schizophrénie
  • Épisodes maniaques associés aux troubles bipolaires
  • Agressivité persistante chez le patient présentant une démence d'Alzheimer modérée à sévère
  • Trouble des conduites

Une hypotension orthostatique peut survenir au cours du traitement, surtout pendant les premiers jours.

Ce malaise, souvent précédé de vertiges et de sueurs, est favorisé par un passage trop brutal en position verticale (en se levant d'une chaise par exemple).

Une vigilance particulière est recommandée en cas de maladie cardiovasculaire (insuffisance cardiaque, infarctus du myocarde...) ou de situations favorisant l’hypotension (déshydratation, régime pauvre en sel, association avec certains médicaments par exemple).

En cas de fièvre inexpliquée associée à une raideur musculaire, ne poursuivez pas le traitement sans avis médical.

Signalez à votre médecin l'apparition de mouvements anormaux involontaires, notamment du visage ou de la langue. Une modification du traitement doit être envisagée.

Des précautions sont nécessaires en cas de situations favorisant les torsades de pointes, un accident vasculaire cérébral ou une phlébite, de déficit en globules blancs, de maladie de Parkinson, d'antécédent de convulsions, de diabète, d'insuffisance rénale ou d'insuffisance hépatique.

Ce médicament peut réduire l'envie de vomir et retarder le diagnostic de certaines maladies.

Si vous devez subir une chirurgie de la cataracte, prévenez le médecin qui va vous opérer de l'utilisation de ce médicament. Quant aux boissons alcoolisées, évitez-les, car elles augmentent le risque de somnolence.

Bon à savoir : Compte-tenu de ses effets indésirables (somnolence, malaise, troubles visuels...), ce médicament peut ne pas être compatible avec la conduite automobile ou le maniement de machines dangereuses. Assurez-vous que vous supportez bien ce médicament avant de pratiquer ces activités.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.