Des antidiabétiques responsables de gangrènes génitales de Fournier

Publié le 16 Mai 2019 par Claire Ménage, journaliste santé
Un nouveau rapport publié le 7 mai 2019 dans la revue scientifique Annals of Internal Medecine alerte sur le fait que certains médicaments antidiabétiques augmentent les risques de gangrène génitale de Fournier. Une maladie mortelle dans 20 à 80% des cas.
Publicité

Des antidiabétiques responsables de gangrènes génitales de Fournier© Istock

Depuis 2013, l’administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments (FDA) a reconnu 55 cas d’infection de gangrène génitale dus à la prise de trois types différents de médicaments antidiabétiques.

Publicité

Plus connus sous le nom d’inhibiteurs du SGLT2, ces traitements sont jugés par la FDA comme nocifs pour la santé et potentiellement mortels.

Les traitements suivants sont pointés du doigt : Canagliflozine (Invokana) ; Dapagliflozine (Farxiga) ; Empagliflozine (Jardiance) ; Ertugliflozine (Steglatro).

Gangrène de Fournier : une infection génitale carnivore

Le 7 mai 2019, un rapport de médecins publié dans la revue Annals of internal Medecine, souligne "l'importance de sensibiliser le public au risque de développer cette maladie et de la détecter rapidement".

Publicité
Publicité

Le docteur Susan Bersoff-Matcha, médecin de la FDA et principale auteure du rapport explique que "la gangrène Fournier est considérée comme une infection carnivore. La maladie peut s'aggraver rapidement et se retrouver sur les organes génitaux externes et autour de l'anus".

Les symptômes peuvent inclure fatigue et fièvre, sensibilité, gonflement et rougeur de la peau dans la région génitale. Malheureusement, "le diabète, par lui-même, augmente les chances d'avoir la gangrène de Fournier" rapporte le dr Bersoff-Matcha.

La gangrène de Fournier : une maladie maladie rare mais mortelle

Entre mars 2013 et mai 2018, pas moins de douze personnes ont été hospitalisées après avoir développé cette infection. Les cinq femmes et les sept hommes concernés ont eu recours à une chirurgie réparatrice visant notamment à retirer les tissus endommagés.

Publicité

Certains ont dû faire face à des complications. Et un mort a été à déplorer.

En 2018, la FDA a demandé que le risque de gangrène soit ajouté aux informations que les patients reçoivent lorsque les médicaments leur sont prescrits.

La gangrène de Fournier, c'est quoi ?

La gangrène de Fournier est rare mais particulièrement dangereuse. C'est une fasciite nécrosante des organes génitaux qui entraîne la mort dans 20 à 80% des cas.

Publicité

Elle touche en général des hommes âgés de plus de 50 ans et se concentre sur le scrotum, le pénis et le périnée. Elle survient après une infection bactérienne et entraîne la destruction des tissus.

Dans deux cas sur dix, les causes sont urinaires et génitales (infection urinaire, prostatite, etc...) mais peuvent aussi être digestives (hémorroïdes, cancer du rectum...).

Les symptômes principaux : œdème, rougeur, douleur au niveau des parties génitales accompagnés de fièvre.

Publicité

La gangrène de Fournier atteint surtout les personnes immunodéprimées souffrant de diabète, d'obésité, d'insuffisance cardiaque ou encore concernées par l'alcoolisme.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X