Sommaire

L'aspirine en prévention primaire, c'est fini

Prescrite jusqu’à récemment par les cardiologues à faible dose (100 milligrammes par jour) pour participer à la prévention de infarctus, l’aspirine n’est plus en odeur de sainteté.

Face à de nombreuses études (ARRIVE , ASCEND et ASPREE ) pointant du doigt les risques, les cardiologues du Collège américain de cardiologie ont fini par désavouer le plus célèbre des antiagrégants plaquettaires, rejoignant ainsi la Société européenne de cardiologie qui, en 2016, recommandait de ne pas prescrire l’aspirine en prévention primaire.

« En 2019, deux métas-analyses ont montré qu’à chaque fois que 210 à 250 patients étaient traités par de l’aspirine à faible dose, se produisait une hémorragie grave et, chaque fois que 265 à 333 patients étaient traités par aspirine, un événement ischémique majeur était évité.

Comme on le voit, la balance bénéfice-risque ne penche pas en faveur de l’aspirine » note le Dr François Diévart, ancien président du groupe de pharmacologie clinique et thérapeutique de la Société française de cardiologie qui rappelle les effets néfastes de la molécule comme les hémorragies fatales, les hémorragies cérébrales et les hémorragies digestives.

Une étude menée par des chercheurs des universités Anglia Ruskin (Grande-Bretagne) et de Palerme (Italie) en 2020 a confirmé la justesse de cette décision. Si l'équipe a mis en lumière que prendre une faible dose d'aspirine tous les jours lorsqu'on est en bonne santé diminuait les risques d'avoir des problèmes cardiaques. Toutefois, elle a aussi découvert que cela faisait grimper les risques de souffrir d'un saignement gastro-intestinal de 47%. Le médicament augmente également la menace d'avoir des saignements intracrâniens de 34%. Les auteurs expliquent "L'aspirine à faible dose est l'un des médicaments les plus couramment utilisés dans le monde. Toutefois, notre examen général suggère que le poids des risques, en particulier les saignements, ne devrait pas être considéré comme secondaire".

La prévention secondaire toujours d’actualité

La prévention secondaire toujours d’actualité© Istock

Si elle n’est donc plus recommandée en prévention primaire, l’aspirine continue à tenir une place de choix dans la prévention cardio-vasculaire secondaire, « situation dans laquelle le rapport bénéfice-risque de l’aspirine est dans la grande majorité des cas favorable » remarque le Dr Diévart.

La prévention secondaire concerne les personnes ayant déjà fait un infarctus, un accident vasculaire cérébral, ou une maladie équivalente et chez qui l’aspirine réduit le nombre de récidives et diminue la mortalité.

La molécule a fait ses preuves chez les personnes de tous les âges, à l’exception de celles qui suivent un traitement anticoagulant, car l’association de ces médicaments et de l’aspirine augmente de façon significative les saignements.

Cholestérol sous surveillance

Cholestérol sous surveillance© Istock

Pour prévenir le risque d’infarctus, les médecins conseillent de surveiller le contenu de son assiette et notamment son taux de cholestérol. « Plus le « mauvais cholestérol » ou LDL-cholestérol est bas, plus le risque d’infarctus du myocarde mais aussi d’AVC est bas, lorsque l’on utilise une statine et c’est valable même pour des valeurs de LDL inférieures à 0,50 g/l », note Le Dr Diévart.

Comment avoir un LDL bas et une pression artérielle peu élevée ? « Il est conseillé de manger peu gras, peu salé, peu sucré, de boire peu ou pas d’alcool et d’entretenir un poids idéal (un poids en kilos inférieur de 2 à 3 points à la taille en cm au-delà de 1 m : par exemple, pour 1 m 75, poids entre 72 et 73 kilos) » conseille le Dr Diévart.

Le sport pour entretenir le cœur

Le sport pour entretenir le cœur© Istock

« Bien qu’il n’y ait pas d’études d’intervention probante concernant l’arrêt du tabac, ne pas fumer permet d’éviter d’augmenter les risques de très nombreuses maladies et notamment de l’infarctus » ajoute le Dr Diévart.

La fédération française de cardiologie recommande également de pratiquer au moins 30 minutes d'activité physique modérée par jour et de façon régulière.

Comme le rappelle l’OMS, qui conseille de faire 10 000 pas par jour, la marche reste le meilleur moyen pour atteindre cet objectif mais vous pouvez aussi miser sur le vélo ou la natation, deux autres sports qui font travailler l’endurance et entretiennent le cœur. Sachez qu’une minute de vélo correspond à 150 pas et une minute de natation à 96 pas.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Use of aspirin to reduce risk of initial vascular events in patients at moderate risk of cardiovascular disease (ARRIVE): a randomised, double-blind, placebo-controlled trial, The Lancet, 26 août 2018

Effects of Aspirin for Primary Prevention in Persons with Diabetes Mellitus, NEJM, 18 octobre 2018

Effect of Aspirin on Cardiovascular Events and Bleeding in the Healthy Elderly, NEJM, 18 octobre 2018

Vidéo : Aspirine : attention aux risques d'hémorragies

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.