Antibiorésistance : 8 000 morts au Japon à cause de deux bactéries !

Une équipe de chercheurs japonais vient de mettre en garde la population face à l’antibiorésistance. Selon leur dernière étude, plus de 8000 personnes ont perdu la vie au Japon, à cause de deux bactéries résistantes aux antibiotiques. Ils mentionnent le staphylocoque doré et la salmonelle.

Les antibiotiques sont des médicaments utilisés pour traiter et prévenir les infections bactériennes. "Un nombre croissant d’infections, comme la pneumonie, la tuberculose ou la gonorrhée, la salmonellose, deviennent plus difficiles à traiter, alerte l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Les antibiotiques utilisés pour les soigner perdent leur efficacité".

La résistance aux antibiotiques constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces qui pèse sur la santé mondiale et la sécurité alimentaire. En France, ce phénomène tue chaque année 12 500 personnes. L’antibiorésistance tue encore plus que la grippe, la tuberculose et le sida réunis. Le Japon n’est pas épargné. Des chercheurs viennent de partager les résultats de leur dernière étude : plus de 8000 patients japonais auraient perdu la vie, des suites de deux bactéries résistantes aux antibiotiques.

En utilisant les données fournies par les institutions médicales, les scientifiques ont pu estimer le nombre annuel de décès autour de 7400 et 8100, entre 2011 et 2017.

Le staphylocoque doré et la salmonelle, responsables

Les bactéries en ligne de mire ? Le Staphylococcus aureus (Staphylocoque doré), qui résiste à la méthicilline (SARM) et la salmonelle, résistante aux fluoroquinolines. "Par bactérie, les décès par Staphylococcus (résistant à la méthicilline) s’établissaient à 4224 en 2017, bien que les chiffres soient en baisse depuis 2011, relaye le Japan Times. Et les décès par salmonelles étaient à 3915, marquant une augmentation continue".

Hiroshige Mikamo, expert en bactéries à l’Université de médecine Aichi, rappelle que le gouvernement japonais continu d’encourager l’utilisation des antibiotiques dans les hôpitaux. "Les mesures gouvernementales contre les bactéries résistantes aux médicaments semblent être efficaces jusqu’à un certain point", a-t-il déclarer au journal japonais.

Les patients les plus en danger ? Les personnes âgées et les patients immunodéprimés (transplantés, victimes de cancer, sous dialyse…).

L’antibiorésistance pourrait tuer 10 millions de personnes en 2050

"La résistance aux antibiotiques atteint désormais des niveaux dangereusement élevés dans toutes les régions du monde. De nouveaux mécanismes de résistance apparaissent et se propagent dans le monde entier, compromettant notre capacité à traiter les maladies infectieuses courantes", estime l’OMS.

En effet, chaque année, on estime que les bactéries résistantes aux médicaments tuent plus de 35 000 personnes aux USA et 33 000 patients en Europe. Avant cette étude, les chiffres pour le Japon étaient inconnus.

Cette antibiorésistance est une véritable bombe à retardement, qui pourrait tuer 10 millions de personnes en 2050 si rien n’est fait pour l’enrayer, selon l’ONU. Autrement dit, elle risque de devenir plus mortelle que le cancer.

Pourquoi les antibiotiques deviennent inefficaces ?

En détruisant les bactéries pathogènes, ou en freinant leur multiplication, les antibiotiques ont permis de sauver des millions de vies depuis leur apparition. Mais peu à peu, ces mêmes bactéries se sont, semble-t-il, adaptées en apprenant à combattre les médicaments. Une résistance qui s’inscrit ensuite dans leurs gènes, et peut se transmettre à d’autres bactéries.

"Si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère postantibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles", poursuit l’OMS. L’usage abusif ou excessif des antibiotiques accélère le phénomène de la résistance, tout comme les mauvaises pratiques de lutte contre l’infection.

Si les antibiotiques visent à traiter les infections bactériennes, ils sont inefficaces pour soigner les infections virales telles que le rhume. Or, de nombreux médecins sont connus pour les prescrire dans ces cas de figure. Pour combattre, la résistance aux antibiotiques, l’OMS invite les professionnels de la santé à ne prescrire et délivrer les antibiotiques que lorsqu’ils s’avèrent nécessaires.

Quant aux patients, ils ne devraient pas exiger des antibiotiques si leurs médecins leurs dits qu’ils n’en n’ont pas besoin.

Trouver la couverture santé adaptée à votre besoin ! Télécharger gratuitement le guide mutuelle Retraite