4 médicaments courants qui peuvent vous tuer !

Vous êtes adepte du Doliprane pour calmer vos migraines ou avez pris il y a peu du Levothyrox pour soigner vos problèmes de thyroïde ? Sachez que ces médicaments ne sont pas anodins. Ils peuvent même s’avérer mortels dans certains cas. Le Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste, fait le point sur ces substances potentiellement dangereuses.

Certains médicaments courants pris en surdose ou à mauvais escient, peuvent s’avérer mortels. Le doliprane, le levothyrox, les psychotropes ou encore le Kardégic en font partie.

Le Doliprane

Le Doliprane© Istock

Le Doliprane, composé de paracétamol, arrive en tête des médicaments les plus consommés en France.

Il s’en vend plus de 245 millions de boîtes par an (groupe Sanofi) pour un chiffre d'affaires de plusieurs centaines de millions d'euros.

Le Doliprane est utilisé chez l’adulte et chez l’enfant, dès le plus jeune âge, pour le traitement des douleurs, de la fièvre et du rhume.

À la différence de l’aspirine et de l’ibuprofène, le paracétamol n’est pas anti-inflammatoire. Il soulage donc moins bien que ces deux médicaments les douleurs de ce type. Par contre, il a l’avantage de ne pas irriter l’estomac.

Pourtant, malgré toutes ces qualités, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a demandé aux industriels en juillet 2019 de faire figurer sur toutes les boîtes contenant du paracétamol un logo et des informations pour limiter la surconsommation de doliprane en France, qui a des conséquences mortelles.

Quelle posologie ?

Chez l’adulte et l’enfant de plus de 50 kg, la posologie usuelle est de 1 comprimé à 1000 mg maximum par prise, à renouveler au bout de 6 à 8 heures. En cas de besoin, la prise peut être répétée au bout de 4 heures minimum. Il n’est généralement pas nécessaire de dépasser la dose de 3000 mg de paracétamol par jour, soit 3 comprimés par jour. Il ne faut jamais prendre plus de 4000 mg de paracétamol par jour.

Par ailleurs, les comprimés et les gélules ne sont pas adaptés à l'enfant de moins de 6 ans. En effet, ils risquent d'obstruer les voies respiratoires si l'enfant déglutit mal et que le comprimé ou la gélule passe dans la trachée.

Doliprane : quelle est la dose mortelle ?

Selon le Dr Anne-Christine Della Valle, “le doliprane peut tuer car il peut provoquer des atteintes hépatiques mortelles à partir d’une dose équivalente à 8 grammes, ingérée en une seule fois. Soit, 2 boîtes”.

Au-delà de 4 grammes par jour chez l’adulte et l’enfant de plus de 50 kilos, le paracétamol est en effet connu pour entraîner des lésions graves du foie, parfois irréversibles et mortelles.

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) explique d’ailleurs que “la mauvaise utilisation du paracétamol est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France”.

Une étude publiée le 2 septembre dernier dans le Medical Journal of Australia confirme ces propos : entre 2007 et 2017, 95 668 admissions à l’hôpital suite à un diagnostic d’intoxication au paracétamol ont été enregistrées en Australie.

Une hausse de 44,3% a ainsi pu être observée entre ces deux périodes et le nombre de personnes souffrant de lésions au foie à cause d’une prise trop importante de paracétamol a augmenté de 108%. Au final, plus de 200 morts sont à déplorer.

Interactions du Doliprane avec d'autres substances

En cas de traitement par un anticoagulant oral et par du paracétamol aux doses maximales (4 g par jour) pendant au moins 4 jours, une surveillance accrue du traitement anticoagulant sera éventuellement nécessaire.

Quelles précautions ?

Lisez toujours attentivement la notice. Des cas particuliers existent qui obligent à modifier les doses maximales, chez les personnes âgées par exemple.

Restez également prudent et demandez systématiquement conseil à votre médecin et/ou pharmacien notamment si vous avez déjà un traitement en cours et que vous envisagez de prendre du paracétamol pour traiter une douleur passagère.

Dans tous les cas, la prise de l’antalgique doit cesser dès que la douleur a disparu. Si elle persiste ou réapparaît malgré la prise d’antalgiques, il est indispensable de ne pas recommencer de traitement et de consulter son médecin traitant.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

"Les médicaments psychotropes", Psycom, septembre 2018. 

"État des lieux de l’utilisation de la Lévothyroxine en France", ANSM, Octobre 2013.

"Kardégic", Vidal, 17 septembre 2019.

"Doliprane", Vidal, 17 septembre 2019. 

La rédaction vous recommande sur Amazon :