La tuberculose miliaire, une forme rare de la maladie

Généralement, la bactérie responsable de l’infection attaque un seul organe (poumon, cerveau) ou une seule partie du corps (ganglions, os, appareil urinaire). La tuberculose miliaire se caractérise, quant à elle, par la diffusion des lésions dans l’organisme. La bactérie est transportée par le sang. Cette complication est peu fréquente et survient souvent à la suite d’une tuberculose pulmonaire. Elle concerne surtout les personnes âgées et celles qui présentent une maladie affaiblissant leur système immunitaire (sida, diabète). Symptômes de la tuberculose miliaire Les signes cliniques de cette forme de tuberculose ne sont pas spécifiques. La toux, la fièvre et le gonflement des ganglions (adénopathie) font partie des symptômes les plus fréquemment rapportés. La tuberculose miliaire peut également entraîner une augmentation du volume du foie (hépatomégalie) et de la rate (splénomégalie), une inflammation du pancréas (pancréatite) et une insuffisance surrénalienne.

Diagnostic et traitement de la tuberculose miliaire

Les examens d’imagerie médicale (radiographies du thorax, IRM, scanner), la mise en culture de la bactérie, une biopsie et un fond d’œil permettent de confirmer le diagnostic. Une fois la bactérie identifiée, un traitement antituberculeux doit être mis en place rapidement. Il inclut 4 antibiotiques à prendre tous les jours pendant 2 mois : la rifampicine, l’isoniazide, l’éthambutol et la pyrazinamide. Pendant les 4 mois suivants, seules les deux premières molécules sont administrées.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.