Il meurt d’une allergie après avoir respiré l’odeur du poisson

Dans plusieurs interviews données aux médias américains, des parents ont rapporté le 3 janvier 2019 l’histoire du décès de leur fils de 11 ans. Il aurait succombé à une allergie liée aux émanations de poisson lors de la cuisson.

Publicité

© IstockC’est une bien triste histoire qu’ont raconté les parents du petit Cameron Jean-Pierre le 3 janvier 2019. Ce garçon de 11 ans vivant dans la banlieue de Brooklyn (New-York) serait décédé à la suite d’une réaction allergique liée aux émanations de la cuisson d’un poisson salé des Caraïbes. Le jeune Cameron était en visite chez sa grand-mère avec son père pour passer le jour du Nouvel An lorsque le drame s’est produit. Venus du New Jersey, ils sont entrés chez elle à Canarsie (quartier résidentiel de la ville de New-York) au moment où elle préparait un dîner à la morue. Dans une interview à la chaîne de télévision ABC News, la mère de Cameron Jody Pottingr, a déclaré que son fils "était asthmatique, il avait une allergie connue au poisson et il gardait un nébuliseur portable (permettant de traiter l'asthme chez les très jeunes enfants qui ne peuvent pas encore utiliser d'inhalateur) avec lui à tout moment".

Publicité
Publicité

"Il m'a fait deux bisous sur le visage. Il a dit : J'ai l'impression de mourir."

Ainsi, selon elle, la conclusion est simple : "lorsqu'il a inhalé l’odeur du poisson, je suppose que cela a déclenché une crise d'asthme et il ne pouvait plus respirer. Ses poumons se resserraient et son père essayait de lui donner le nébuliseur." Malgré tous les efforts des parents, Cameron a été transporté à l'hôpital de Brookdale, mais n'a pu être sauvé. "J'ai [essayé] de lui donner la machine - cela fonctionne habituellement - mais cela n'a pas pris. C'était comme s'il n'avait pas de pouls - et j'ai appelé l'ambulance", a déclaré Steven Jean-Pierre, le père du garçon dans une interview au journal le New-York Post. Le cœur brisé et dévasté, le papa a décrit les derniers moments déchirants de son fils : "Les derniers mots de mon fils étaient : 'Papa, je t'aime, papa je t'aime'", a-t-il déclaré. "Il m'a fait deux bisous, deux bisous sur le visage. Il a dit : 'J'ai l'impression de mourir'. J'ai dit : 'Ne dis pas ça'."

Une maladie qui cause près de 1 000 décès par an

L’asthme touche environ 4 millions de personnes en France, et est responsable chaque année de près de 60 000 hospitalisations (38 000 chez les asthmatiques de plus de 15 ans) et presque 1 000 décès.

L’asthme est une maladie chronique fréquente lié à une inflammation ou une irritation des bronches. Le site internet de l’Assurance maladie explique ce qu’est véritablement cette maladie afin de mieux la comprendre et l’appréhender.

Comment reconnait-on les crises d’asthmes ? "Elles se manifestent par des épisodes de gêne respiratoire (essoufflement) de respiration sifflante, de toux sèche ou de sensation d’oppression dans la poitrine. Les crises d'asthme peuvent durer de plusieurs minutes à quelques heures. Entre deux crises, la respiration redevient normale".

Comment se déclenchent-elles ? "Chez une personne asthmatique, la paroi interne des bronches est irritée et épaissie. Cette inflammation permanente rend les bronches sensibles, sujettes à des réactions excessives en présence de facteurs favorisants. Lors de la crise d’asthme le passage de l’air dans les bronches devient difficile".

Dans le cas d’une première crise, il faut éviter de paniquer pour ne pas l'aggraver. Essayez de respirer profondément et lentement, et évitez tout effort physique pour ne pas solliciter les poumons qui sont déjà très enflammés. À défaut, il convient d’appeler son médecin ou le SAMU.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X