Dijon : appel à la vaccination contre la méningite après un décès

L'agence régionale de Bourgogne Franche Comté rappelle l'importance de se faire vacciner contre  le méningocoque W en particulier chez les jeunes de 17-24 ans, le nombre de cas ayant augmenté ces derniers mois, dont un mortel. 
Istock

"La mobilisation doit se poursuivre!" L'agence régionale de santé (ARS) Bourgogne Franche Comté a rappelé dans un communiqué du 9 novembre 2018, l'importance de se faire vacciner contre le méningocoques W, en particulier chez les jeunes étudiants. "Le nombre de nouveaux cas d’infections invasives à méningocoque W d’une souche particulière, observés sur le secteur de Dijon-Genlis, conduit à l’organisation d’une campagne de vaccination pour les 17-24 ans", expliquent les auteurs du communiqué.

153 communes concernées par le risque

Malheureusement, selon un bilan établi par Santé publique France, le 12 novembre 2018, 5 500 vaccins ont été faits depuis le lancement de la campagne le 1er octobre 2018. Le nombre reste insuffisant. En tout 153 communes sont concernées par la mise en place de ce dispositif, ce qui représente 40 000 jeunes susceptibles de se faire vacciner. "La souche du méningocoque W qu’il faut stopper est mortelle dans plus de 30% des cas", a déclaré l'ARS pour France 3 régions.

Fin 2016, un foyer épidémique avait été déclaré sur le campus de Dijon. "Entre décembre 2017 et juin 2018, quatre cas d’infections invasives à méningocoque W liés à la même bactérie que celle du campus ont été rapportés chez des jeunes adultes, étudiants et non étudiants, dans les bassins de vie de Dijon et Genlis", dont un cas mortel ajoute l'agence régionale de santé. La plupart des jeunes touchés n'ayant pas été concernés par la campagne de vaccination à l'époque, la bactérie circule donc parmi la population hors de l'université. Alors pourquoi est-ce que ce sont principalement les 17-24 ans qui sont concernés ? Parce que le nombre de cas concernent principalement cette catégorie de personnes et parce que "le portage rhino-pharyngé du méningocoque est plus fréquent à cette période de la vie", explique l'ARS.

Un seule dose du vaccin (NIMENRIX ou MENVEO) suffit pour être protégé contre 4 souches, rappellent les experts qui soulignent la sûreté du traitement, avec un risque de réaction allergique faible, seule une réaction locale de type douleur ou rougeur peut survenir, selon eux.

Pour se faire vacciner, la population est invtée à se rendre chez leur médecin généraliste ou en prenant rendez-vous dans l'un des deux denctre de vaccination de Dijon.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Méningite : les signes qui doivent alerter

Source : Vaccination contre le méningocoque W, 9 novembre 2018, ARS Bourgogne Franche Comté.