Depuis l’apparition des premiers cas de Covid-19 en Chine durant le mois de décembre 2019, les formes graves de la maladie affectent généralement les personnes les plus fragiles, c’est-à-dire les personnes âgées, ou qui présentaient déjà des signes de comorbidité avant d’être infectées. À ce titre, même les enfants ne sont pas épargnés, bien que très peu d’entre eux soient atteints de formes graves.

Mystérieuses hépatites : le Covid en cause ?

Cependant, plusieurs mystérieux cas d’hépatites infantiles se sont déclarés à travers le monde depuis quelques mois. Au total, un peu plus de 1 000 cas ont été recensés dans 35 pays, selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), parmi lesquels 22 décès ont pour l’instant été dénombrés. Il n’en fallait pas plus pour que certains observateurs affirment que le Covid-19 serait à l’origine de ces mystérieuses hépatites. En fait, il n’en n’est rien.

Publiées lundi 25 juillet 2022, deux études scientifiques mettent en évidence le rôle joué par un autre virus dans ces mystérieux cas d’hépatites infantiles, comme l’a rapporté l’AFP. Concrètement, le coronavirus n'a pas été détecté dans le foie des enfants malades étudiés. De plus, la proportion des patients présentant des anticorps contre le Covid-19 était comparable à celle des enfants non touchés par ces mystérieuses hépatites. En revanche, un virus commun, baptisé AAV2, fut détecté à des niveaux élevés chez les enfants malades. Déjà connu des scientifiques, celui-ci ne peut théoriquement pas avoir causé ces pathologies, étant donné qu’il est incapable de se répliquer tout seul. Pour cela, il doit s’associer avec un autre virus, qui se trouve parfois être celui de l’herpès.

Hépatites infantiles : une greffe de foie nécessaire dans 5% des cas

Selon les scientifiques à l’origine de ces deux études, la co-infection du virus AAV2 (virus adéno-associé 2) et d’un autre virus pourrait expliquer ces mystérieux cas d’hépatites infantiles. "Je pense qu'il s'agit d'une explication plausible pour ces cas", a commenté dans une déclaration Deirdre Kelly, professeure en hépatologie pédiatrique à l'université de Birmingham, et n'étant pas impliquée dans ces études. "Il semble que la co-infection joue un rôle clé."

"Mais on ne comprend toujours pas pourquoi certains enfants développent des cas graves de la maladie nécessitant une greffe. Une possibilité pourrait-elle être une co-infection avec davantage qu'un virus ?", a déclaré Deirdre Kelly, professeure en hépatologie pédiatrique à l'université de Birmingham. Pour mémoire, la majorité des enfants touchés par ces pathologies ont moins de 6 ans. Par ailleurs, 5% d'entre eux ont dû recevoir une greffe de foie.

Hépatite infantile : le confinement responsable ?

Certaines hypothèses ont tout de même été avancée come le fait que les confinements décrétés à cause du coronavirus aient pu avoir un impact en modifiant la circulation habituelle des autres virus, ou en empêchant les enfants de créer certaines défenses face à des virus auxquels ils ont été moins confrontés.

À l'occasion de la journée mondiale de l'hépatite ce jeudi 28 juillet, l'agence des Nations Unies a assuré qu'elle travaillait en totale coopération avec les scientifiques et dirigeants des pays concernés afin de tenter de comprendre la cause de cette infection qui ne semble correspondre à aucun des cinq types d'hépatite connus. "Pour atteindre une efficacité maximale, la surveillance de l'hépatite doit être assurée au niveau communautaire par le biais d'un système de soins de santé primaires efficace", a conseillé le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Gebreyesus.

Sources

https://www.who.int/fr

Ministère de la Santé

Institut Pasteur

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.