Des bouteilles en plastique dangereuses à cause des remplaçants du bisphénol A

Des chercheurs ont rapporté dans la revue Current Biology du 13 septembre 2018 que l’ingrédient plastique alternatif au bisphénol A (BPA) serait considéré comme un produit chimique dangereux.

Publicité

© IstockLes substituts du bisphénols A (BPA) présents dans nos bouteilles d'eau, tasses, nos flacons, nos boites en plastiques sembleraient être aussi dangereux que le BPA rapporte le magazine Sciencedaily jeudi 13 septembre 2018. Des chercheurs ont publié dans le Current Biology un article au goût de "déjà-vu étrange", explique Patricia Hunt, de l’Université de Washington auteure de l'étude. Effectivement, il y a vingt ans, leur laboratoire avait fait la découverte que le BPA, renfermé dans les cages en plastiques pour des souris, provoquait des problèmes de santé sur ces animaux témoins. Une fois de plus, en retraçant le problème de contamination, des nouvelles données issues de l’étude des souris, présentaient une contamination par des bisphénols de remplacement.

Publicité
Publicité

Des effets néfastes sur la reproduction

Patricia Hunt et ses collègues ont pu déterminer la source du problème. L’exposition à cette contamination était liée aux cages en plastiques endommagées des souris favorisant la propagation du BPS. Le constat est tel que les souris présentaient des problèmes de reproduction (production d’ovules pour les femelles et de spermatozoïdes pour les mâles). En effet, après maitrise de la contamination, l’équipe de chercheurs "ont mené des études contrôlées supplémentaires pour tester les effets de plusieurs bisphénols de remplacement, y compris un substitut commun appelé BPS. Ces études confirment que les bisphénols de remplacement produisent des anomalies chromosomiques remarquablement similaires à celles observées tant d'années auparavant dans les études sur le BPA", rapporte le ScienceDaily. De plus, Patricia Hunt note que les effets des BPS pourraient très bien avoir les mêmes conséquences sur l’homme si ce dernier utilisait ce plastique.

Des répercutions sur plusieurs générations

Malheureusement, si le problème se vérifie chez l’homme, comme cela a été le cas pour le bisphénol A, les conséquences se répercuteront sur environ trois générations selon les chercheurs. Hunt dit que "des travaux supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si certains bisphénols de remplacement pourraient être plus sûrs que d'autres, notant que des dizaines de ces produits chimiques sont actuellement utilisés". Parabène, phtalates, retardateurs de flamme seraient également soupçonnés d’être des agents perturbants le système endocrinien et provoquant des problèmes de fertilité. Il est important d’approfondir ces études afin que les chercheurs puissent "améliorer rapidement les propriétés d'un produit chimique et se tourner vers un avenir plus sain" expose l’équipe. Patricia Hunt conseille simplement les consommateurs en expliquant qu’avec le BPA ou non, "les produits en plastique qui montrent des signes physiques de dommages ou de vieillissement ne peuvent pas être considérés comme sûrs".

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X