Sommaire

Ebola: prudence dans les forêts tropicales

Selon l’Institut Pasteur, 46% des Français auraient peur du virus Ebola lors de leurs voyages. Ils ont raison. Le virus est mortel dans 50 à 90% des cas et peut tuer en moins de 15 jours.

Les pays les plus à risque: Le Gabon, l’Ouganda et la République du Congo. Le virus y a été présent ces 20 dernières années. D’une manière générale, l’OMS rappelle que les zones à risque sont les forêts tropicales africaines et du Pacifique occidental.

Pourquoi? Les scientifiques s'expliquent mal le développement de ce virus qui n'a été identifié que récemment (1976). L'infection est transmise à l'homme par les primates, mais rien n'explique comment les primates sont eux-mêmes affectés.

Les symptômes qui doivent alerter: Une soudaine fièvre, des maux de gorge et de tête, des vomissements accompagnés de diarrhées et d'éruption cutanées. Ces premiers symptômes peuvent apparaître après une période d'incubation allant de 2 à 20 jours. À terme, le virus envahit le sang et les cellules de l'organisme, sature tous les tissus et organes (sauf les muscles et les os) et engendre des hémorragies internes dramatiques entraînant le décès par choc cardio respiratoire.

Comment se protéger: Le seul moyen est d’éviter les pays à risque. Il n'y a ni vaccin, ni traitement curatif contre le virus Ebola. Il se transmet par le contact avec les liquides organiques: sang, salive, urine, sperme...

Risques et retombées nucléaires: les zones à risque

Les pays les plus à risque:

  • Tchernobyl, entre la Fédération de Russie et d’Ukraine et les régions du Bélarus. Un périmètre de 30 km dit 'zone interdite' subsiste à Tchernobyl (la catastrophe remonte à 25 ans)
  • Fukushima: Nord du Japon. Un périmètre de 30km de 'zone interdite' a été imposé autour de Fukushima (catastrophe nucléaire de 2011).

Les zones d’essai nucléaires:

  • États-Unis,
  • sud de l'Algérie,
  • îles du Pacifique,
  • Australie,
  • Europe de l’Est...

Les zones d’essais nucléaires les plus à risque, comme l'atoll Fangataufa en Polynésie Française, sont interdites au public.

Les symptômes qui doivent alerter: Les seuls symptômes que vous serez à même de détecter sont ceux d’une irradiation aiguë: nausées, vomissements, maux de tête et rougeurs cutanés. S’ensuit une période de latence, puis une troisième phase qui peut se traduire par une atteinte cérébrale, pulmonaire ou cardiaque. La mort peut s’ensuivre.

Comment se protéger: Il est important de s’informer auprès des autorités locales ou internationales quant aux recommandations en vigueur avant d’envisager tout déplacement. Les autorités sanitaires peuvent recommander la prise d’iodure de potassium pour éviter que les iodes radioactives ne se stockent dans la thyroïde. Consultez toujours un médecin.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.