Sommaire

Ebola: prudence dans les forêts tropicales

Selon l’Institut Pasteur, 46% des Français auraient peur du virus Ebola lors de leurs voyages. Ils ont raison. Le virus est mortel dans 50 à 90% des cas et peut tuer en moins de 15 jours.

Les pays les plus à risque: Le Gabon, l’Ouganda et la République du Congo. Le virus y a été présent ces 20 dernières années. D’une manière générale, l’OMS rappelle que les zones à risque sont les forêts tropicales africaines et du Pacifique occidental.

Pourquoi? Les scientifiques s'expliquent mal le développement de ce virus qui n'a été identifié que récemment (1976). L'infection est transmise à l'homme par les primates, mais rien n'explique comment les primates sont eux-mêmes affectés.

Les symptômes qui doivent alerter: Une soudaine fièvre, des maux de gorge et de tête, des vomissements accompagnés de diarrhées et d'éruption cutanées. Ces premiers symptômes peuvent apparaître après une période d'incubation allant de 2 à 20 jours. À terme, le virus envahit le sang et les cellules de l'organisme, sature tous les tissus et organes (sauf les muscles et les os) et engendre des hémorragies internes dramatiques entraînant le décès par choc cardio respiratoire.

Comment se protéger: Le seul moyen est d’éviter les pays à risque. Il n'y a ni vaccin, ni traitement curatif contre le virus Ebola. Il se transmet par le contact avec les liquides organiques: sang, salive, urine, sperme...

Risques et retombées nucléaires: les zones à risque

Les pays les plus à risque:

  • Tchernobyl, entre la Fédération de Russie et d’Ukraine et les régions du Bélarus. Un périmètre de 30 km dit 'zone interdite' subsiste à Tchernobyl (la catastrophe remonte à 25 ans)
  • Fukushima: Nord du Japon. Un périmètre de 30km de 'zone interdite' a été imposé autour de Fukushima (catastrophe nucléaire de 2011).

Les zones d’essai nucléaires:

  • États-Unis,
  • sud de l'Algérie,
  • îles du Pacifique,
  • Australie,
  • Europe de l’Est...

Les zones d’essais nucléaires les plus à risque, comme l'atoll Fangataufa en Polynésie Française, sont interdites au public.

Les symptômes qui doivent alerter: Les seuls symptômes que vous serez à même de détecter sont ceux d’une irradiation aiguë: nausées, vomissements, maux de tête et rougeurs cutanés. S’ensuit une période de latence, puis une troisième phase qui peut se traduire par une atteinte cérébrale, pulmonaire ou cardiaque. La mort peut s’ensuivre.

Comment se protéger: Il est important de s’informer auprès des autorités locales ou internationales quant aux recommandations en vigueur avant d’envisager tout déplacement. Les autorités sanitaires peuvent recommander la prise d’iodure de potassium pour éviter que les iodes radioactives ne se stockent dans la thyroïde. Consultez toujours un médecin.

Caraïbes, Antilles: gare à la dengue!

Les pays les plus à risque: Chine, Thaïlande, Caraïbes, Antilles, Cuba sont les pays le plus frappés par les épidémies de dengue. La maladie est mortelle dans 20% des cas, en l’absence de traitement.

Pourquoi? La dengue est une maladie infectieuse qui est transmise à l’homme par une piqûre de moustique. Or, le terrain préféré de prolifération des moustiques sont les pays tropicaux, chauds et humides. La maladie se transmet d’autant plus dans les zones urbanisées, concentrant plus de population.

Les symptômes qui doivent alerter: La dengue se manifeste d’abord par un état grippal: fièvre, courbature,et/ou mal de tête. Elle peut s'aggraver sévèrement et provoquer des saignements oculaires, de nez, et des hémorragies internes.

Comment se protéger: il n’existe pas de vaccin contre la dengue. En prévention, il ne reste qu’à lutter contre les moustiques (porter des vêtements couvrants, mettre du répulsif).
Il n’y a à l’heure actuelle que des traitements symptomatiques contre la maladie.

Voir la carte des zones à risque de dengue

Pays chauds: méfiez-vous du choléra

L’OMS est inquiète. Les souches récentes de choléra sont encore plus graves et mortelles que les précédentes. Très virulente, cette maladie peut entraîner la mort en quelques heures.

Les pays les plus à risque: Haïti, Paraguay, Afghanistan, Pakistan, Niger, Nigeria, Somalie, Kenya, Cambodge, Chine, Papouasie-Nouvelle Guinée, Afrique du Sud, Zimbabwe, Mozambique, Soudan, République Démocratique du Congo

Pourquoi? Le choléra se développe principalement dans les milieux où eaux saumâtres et chaleur vont de paire et où les infrastructures d’assainissement de base sont absentes.

Les symptômes qui doivent alerter: Diarrhée, vomissements, fatigue importante, soif intense, crampes musculaires, hypothermie (baisse de la température corporelle). L'incubation est de 1 à 3 jours.

Comment se protéger: La contamination se fait par l'ingestion d'aliments ou d'eau contenant la bactérie Vibrio cholerae. Pour se protéger, il faut faire attention aux eaux de boissons proposés dans les pays à risque. Il existe des vaccins contre le choléra qui protège à près de 85% le risque de contracter la maladie sur deux ans. Parlez-en avec votre médecin avant de partir.

Voir la carte des zones endémiques du choléra

Asie: la peste est toujours là

Transmise le plus souvent par inhalation de la bactérie (yersinia pestis) ou voie cutanée (morsures de rats ou piqûres de puces (peste ‘bubonique’), la peste est mortelle chez l’homme dans 30 à 60% des cas (en l’absence de traitement).

Les pays les plus à risque: La Chine, la Mongolie, le Vietnam (332 personnes touchées en Asie dont 3 décès en 2009), l’Inde, le Pérou (17 cas en 2010), la République Démocratique du Congo, Madagascar, la Tanzanie, la Libye (environ 20 cas en 2009). En France, les derniers cas survenus datent de 1945 en Corse.

Pourquoi? Ce sont principalement des manquements aux règles sanitaires qui sont responsables des cas de peste dans ces pays.

Les symptômes qui doivent alerter: La maladie se manifeste généralement par état grippal: forte fièvre, grosse fatigue, douleurs musculaires, maux de tête. Aujourd’hui, lorsqu’elle est prise en charge correctement et rapidement, la peste se soigne très bien.

Comment se protéger: Si vous êtes dans une zone à risque, tenez-vous à distance des animaux et respectez de bonnes conditions d’hygiène (lavage des mains…).

A noter: Trois cas de peste chez des animaux domestiques ont été recensés au Nouveau-Mexique.

Paludisme: 4600 cas en France

4600 cas de paludisme 'd'importation' ont été recensés en France en 2010, dont 10 à 20 décès. En Afrique, l’OMS rappelle que la maladie tue un enfant toutes les 30 secondes.

Les pays les plus à risque: Mexique, Inde, Brésil, Madagascar, Vietnam, Cambodge, Indonésie, Vénézuela, Caraïbes, Colombie, Guyane, Côte d'Ivoire, Mali, Kenya.

Pourquoi? Les zones chaudes et équatoriales sont les zones de prédilection du Plasmodium, parasite responsable du paludisme. Transmis par les moustiques, il se développe à l’intérieur du foie et s’attaque aux globules rouges.

Les symptômes qui doivent alerter: Fièvre, vomissements et maux de tête se manifestent une à deux semaines après la piqûre. Sans traitement, le décès peut survenir rapidement.

Comment se protéger: Il n’existe pas, à ce jour, de vaccin préventif du paludisme. La meilleure protection c’est d’éviter les moustiques (port de vêtement couvrant, utilisation de répulsif) quand on se rend dans des pays à risque. Par ailleurs, des traitements efficaces existent. Le mieux est de demander conseil à un médecin avant le départ.

Voir la carte des zones à risque de paludisme

Philippines, Malaisie, La Réunion: attention au chikungunya

Le chikungunya est 3e au rang des risques infectieux qui inquiètent le plus les Français qui voyagent.

Les pays les plus à risque: Inde, sud-ouest de l’Océan Indien (Vietnam, Philippines, Malaisie, Indonésie…), La Réunion, Madagascar, l’Asie et l’Afrique (sauf le Maghreb).

Pourquoi? Les moustiques porteurs du chikungunya se développent principalement dans les zones chaudes et tropicales, aux fortes concentration de population.

Les symptômes qui doivent alerter: Le chikungunya se manifeste par de fortes fièvres, de graves douleurs articulaires et musculaires, des maux de tête, de la fatigue et/ou des nausées.

Comment se protéger: Si vous vous rendez dans une zone à risque, il est recommandé de porter des vêtements couvrants et de protéger les zones du corps découvertes de répulsif. Il n’y a pas de vaccin contre le chikungunya, ni même de traitement (les traitements donnés sont symptomatiques).

Voir la carte des zones à risque de chikungunya

Canada: des risques élevés de grippe

Les pays les plus à risque: Egypte, Indonésie, Cambodge, Libye, Chine, Thailande, Vietnam, Canada. Au début du moins de juin, l’OMS recensait un nouveau décès dû à la grippe H5N1 en Egypte. 46 cas ont par ailleurs été enregistrés depuis début 2011 en Asie et en Egypte.

Pourquoi? Les conditions sanitaires, le manque de vaccination, les concentrations de population et les moindres mesures de prévention favorisent la prolifération de grippe. Des nouvelles souches de grippe (grippe A / H1N1 par exemple) bien plus foudroyantes que celle de la grippe saisonnière sont apparues ces dernières années dans le monde.

Les symptômes qui doivent alerter: Une forte fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires. En cas de grippe aviaire et de virus H1N1, les symptômes peuvent être plus intenses: difficultés respiratoires, nausées, vomissements, douleurs abdominales, saignements de nez ou de gencives, douleurs thoraciques ou abdominales

Comment se protéger: La première chose est de respecter les simples règles d’hygiène: se laver les mains régulièrement, garder sur soi un gel hydroalcoolique, protéger son visage en cas de toux ou d’éternuement, ne pas garder de mouchoirs usagés et se renseigner avant de partir sur d’éventuelles épidémies de grippe dans le pays de séjour (sur le site de l’OMS par exemple).

Faut-il se vacciner? Le vaccin contre la grippe n’est pas obligatoire. De plus, il n’est efficace que s’il vous protège contre la souche concernée. Il peut cependant être recommandé de se faire vacciner avant de se trouver en situation d’exposition. Parlez-en avec votre médecin avant de partir.

Amérique latine: attention à la fièvre jaune

Maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques, la fièvre jaune fait près de 30 000 décès dans le monde chaque année. Si on ne la soigne pas, l’affection est mortelle dans 50% des cas.

Les pays les plus à risque: Afrique (du Sénégal à l'Ethiopie et plus au sud jusqu'à l'Angola) et l’Amérique du Sud (de la Colombie jusqu'au Paraguay).

Pourquoi? La fièvre jaune est surtout présente dans les zones chaudes et humides et dans les zones rurales et forestières plus qu’urbaines (le virus peut néanmoins y être importé).

Les symptômes qui doivent alerter: Après 3 à 6 jours d’incubation, la maladie se manifeste par une phase fiévreuse accompagnée de douleurs musculaires, de maux de tête, de frissons et de vomissements. Ensuite, soit le virus recule, soit il progresse. Dans ce cas, peuvent apparaître une jaunisse et des vomissements hémorragiques (d’où l’autre nom donné à la fièvre jaune de ‘vomi noir’) au niveau de la bouche, du nez, des yeux, de l’estomac...

Comment se protéger: Vaccinez-vous avant de partir dans les pays à risque. Le vaccin est en fait obligatoire pour la plupart de ces destinations. Le mieux étant d’en parler à votre médecin.

Sénégal, Afrique du Sud: des risques accrus de méningite

Selon l'OMS, près de 500 000 cas de méningites sont recensés dans le monde chaque année. Cette infection bactérienne qui affecte les membranes enveloppant la moelle épinière et le cerveau peut être mortelle, dans les 24h suivant l’apparition des premiers signes.

Les pays les plus à risque: Sénégal, Cameroun, Afrique du Sud. D’une manière générale, l’Afrique sub-saharienne est à risque de la méningite.

Pourquoi? Le manque d'accès aux soins, aux vaccins et les fortes concentrations de population favorisent les épidémies de méningites dans ces pays.

Les symptômes qui doivent alerter: Les premiers sont notamment fièvre, raideur de la nuque, maux de tête et sensibilité à la lumière. L’hospitalisation d’urgence est nécessaire

Comment se protéger: Se faire vacciner avant tout voyage dans cette région. La contagion se fait par les sécrétions respiratoires (dans les salive, dans les projections de toux ou d’éternuement...) et ne touche que l’humain.

Voir la carte des zones à rique de méningite

Grèce, Turquie: de gros risques de turista

Les pays les plus à risque: Turquie, Grèce, Espagne (notamment dans le Sud), Chine, Israel, Maghreb. D’une manière générale, la turista est fréquente en dehors des pays occidentaux.

Pourquoi? Parce que la qualité de l’eau, de l’alimentation et les conditions d’hygiène ne sont pas toujours respectés dans les zones citées ci-dessus.

Les symptômes qui doivent alerter: Douleurs ou crampes abdominales associées à des diarrhées et des vomissements. Les symptômes apparaissent rapidement: dans la journée suivant l'exposition en général.

Comment se protéger: Il faut minimiser les risques et prendre des bonnes habitudes:

  • évitez le mélange soleil + alcool + épices en excès
  • ne consommez rien en vente dans la rue
  • préférer les aliments bien bien cuits
  • attention au crudités si vous ne connaissez pas le mode de lavage
  • ne buvez que de l’eau minérale
  • évitez les glaçons
  • attention aux laitages et aux oeufs qui peuvent être limites et que votre estomac ne peut supporter
  • lavez vous les mains fréquemment
  • dès les premiers symptômes, soignez-vous rapidement (pensez à prendre les médicaments nécessaires avec vous)

Attention aux médicaments contrefaits

Selon l'OMS, la contrefaçon représenterait près de 10% du marché mondial de médicaments.

Les pays les plus à risque: Chine, Inde, Russie, Vietnam, Cambodge, Cameroun, Brésil sont les plus gros producteurs de médicaments contrefaits.

Pourquoi? Parce que ces pays souffrent d’un manque d’encadrement sanitaire, de moyens financiers et de réglementations.

Quels sont les risques? Le traitement peut avoir un effet nul, minime ou pire, rendre malade!

Comment se protéger: Ne pas acheter de médicaments dans les pays étrangers, les acheter dans les pharmacies françaises avant de partir et les emmener avec soi en voyage. Ne jamais acheter non plus de médicaments sur Internet. Les contrôles y sont absents.

Chirurgie, soins dentaires: le Maghreb dangereux ?

Chirurgie plastique, soins dentaires… Les destinations étrangères proposant des soins moins onéreux qu’en France séduisent de plus en plus de patients. Les cliniques du Maghreb, du Brésil ou encore d’Asie sont devenues des points de rendez-vous pour des patients au plus petit budget. Cependant, les risques existent.

Quels sont les risques?

  • Risques d’infections nosocomiales (infections contractées dans un établissement de santé)
  • Risques de ratés chirurgicaux. Ils augmentent avec la non qualification des chirurgiens.
  • Risques de complications si le chirurgien ne vérifie pas correctement l'état de santé avant l’opération pour anticiper toute complication et si le suivi post-opératoire est absent.

Comment se protéger:

  • Vérifier les diplômes du médecin (de préférence formé en France).
  • Veiller à ce que les médecins et personnels soignants parlent une langue compréhensible.
  • Vérifier que les conditions d'hygiène de la clinique, son équipement, qu'elle soit assurée en cas de complication et que le personnel soignant y soit présent 24h/24.
  • Demander l’avis de patients ayant fait le voyage pour se faire opérer
  • Demander l’avis d’autres chirurgiens sur la meilleure méthode à en employer, le mode opératoire...
  • Eviter le praticien qui vous pose aucune question sur votre état de santé et antécédents avant de vous opérer.

Brésil, Thaïlande: des infections sexuelles fréquentes

Syphilis, Chlamydia, herpès génial, hépatite B, Papillomavirus… Il existe plus d'une trentaine d’infections ou maladies sexuellement transmissibles (IST ou MST) différentes. Selon l’Institut Pasteur, elles représentent le troisième risque infectieux en voyage.

Les pays les plus à risque: Madagascar, Brésil, Thaïlande, Indonésie, Afrique du Sud, Namibie, Zimbabwe. D’une manière générale les pays en voie de développement sont les plus touchés par les MST. Cependant, il ne faut pas se croire à l’abri si on reste dans un pays occidental. Selon l’OMS, ces infections font partie des 5 motifs de consultation les plus fréquents dans ces zones.

Pourquoi? L'accès aux soins et à l'éducation préventive est très faible dans les pays en voie de développement d’où de multiples rapports sexuels non protégés favorisant la propagation des MST.

Les symptômes qui doivent alerter: Une MST peut facilement passer inaperçue. Parmi les symptômes visibles ou ressentis, on peut citer par exemple des pertes vaginales anormales, des saignements après les rapports sexuels (chez la femme), des testicules enflés et/ou douloureux ou encore des douleurs abdominales ou pelviennes.

Comment se protéger? La meilleure protection est l’utilisation du préservatif lors du rapport sexuel. L'Institut Pasteur recommande de les acheter en France. La qualité de ceux vendus dans certains pays pouvant être douteuse. Si vous pensez avoir été exposé, consultez un médecin dès votre retour en France.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.