Sommaire

Peut-on consulter pendant le confinement ?

Si les étiopathes ont cessé leur activité au cours du premier confinement, il est tout à fait possible de les consulter durant la deuxième vague de Covid-19 en France.

Au printemps dernier, les cabinets d’étiopathie ont fermé pendant huit semaines, à la demande de M. Jean-Paul Moureau, ex-président de l’Institut français d’Étiopathie. “À ce moment-là, on pensait qu’on pouvait être vecteurs de contamination, car nous n’avions aucun matériel (masque, gants, gel hydroalcoolique…), ni de protocole particulier pour garantir la sécurité de nos patients. On s’est donc confinés, comme le reste de la population”, relate Patricia Guillerm Le Prigent.

Les étiopathes, ouverts pendant le deuxième confinement

Depuis, les étiopathes ont pu s’équiper, et ont mis en place des protocoles sanitaires stricts : port du masque, respect des gestes barrières, désinfection, lavage des mains, espacement des rendez-vous… “Nous avons donc décidé de rester ouvert pendant ce deuxième confinement, dans la mesure où le gouvernement a permis à l’ensemble des professionnels de santé de continuer à exercer”.

Une chance, puisque les problèmes de dos ont explosé depuis le premier confinement - principalement à cause du télétravail dans des conditions peu adaptées. “C’est aussi une façon d’éviter que les gens ne se rendent aux urgences pour un lumbago, car ils n’ont pas d’autre solution”, précise la thérapeute, qui évoque également l’aspect social des consultations. “Comme les gens sortent peu, la séance est aussi l’occasion d’un échange. Elle leur permet de verbaliser leurs inquiétudes”.

Sources

Merci à Patricia Guillerm Le Prigent, étiopathe depuis 1995 à Morlaix (Bretagne) et Présidente de l’Institut français d’Étiopathie

Quelques chiffres sur la lombalgie, Lombalgie.fr

Que soigne l'étiopathie ?, Institut français d'Étiopathie. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.