Hernie discale lombaire : l'injection de corticoïdes

Une infiltration lombaire consiste à injecter une dose de cortisone au niveau de la zone douloureuse. Le recours à cette option thérapeutique est privilégié en seconde intention lorsque le traitement antalgique n'est pas satisfaisant. Pratiquée sous anesthésie locorégionale, cette petite intervention nécessite l'introduction d'une fine aiguille entre deux vertèbres lombaires. Au terme de l'injection, le patient devra observer un repos pendant 48 h afin de permettre aux corticoïdes d'agir convenablement. Une seconde infiltration peut être effectuée lorsque les bénéfices de la première ne sont pas probants.

Hernie discale lombaire : et après ?

Si de nombreux patients seront soulagés après une première infiltration, d'autres, au contraire, n'y seront pas réceptifs. Il peut arriver également que le soulagement procuré par l'intervention ne soit que temporaire et que la douleur réapparaisse quelques semaines plus tard. Dans ce cas, une deuxième infiltration est généralement tentée. Mais lorsqu'une seconde infiltration de corticoïdes n'agit toujours pas, cette alternative thérapeutique sera abandonnée au profit d'une autre. Bien souvent, la voie chirurgicale est alors envisagée. Une discectomie est alors pratiquée afin de supprimer le disque abîmé et responsable de la hernie lombaire.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.