Douleur musculaire au dos : les sports à éviter

Il n'est pas rare de souffrir de douleurs musculaires au dos, soit par manque d'activité, soit à cause d'une trop grande sollicitation des muscles dorsaux, ou encore suite à un faux mouvement. Si certains sports peuvent réduire les douleurs musculaires au dos, il est préférable d'en éviter d'autres.
©Istock

Douleurs musculaires au dos : on évite les sports qui tassent

Certaines douleurs au dos sont dues à un effort de tassement répété sur les vertèbres. Il y a des sports qui ne font qu'accentuer ces douleurs musculaires au dos. C'est ainsi le cas de l'équitation qui n'est pas conseillée pour les personnes sensibles au mal de dos. La moto a également tendance à accentuer les douleurs musculaires au dos. La position n'est en effet déjà pas idéale pour les vertèbres, mais en plus, elle provoque une tension permanente des bras et des épaules à laquelle s'ajoutent des soubresauts causés par les irrégularités de la route.

Douleurs musculaires au dos : on évite les sports traumatisants

Certains sports sont plus traumatiques que d'autres pour le dos. Ils exigent des mouvements assez violents pour la colonne vertébrale. Il est donc recommandé d'éviter le squash. Mais le tennis est également un sport à éviter, car seul un côté du corps est sollicité. Le judo et tous les sports de combat sont aussi à éviter par les personnes qui souffrent de douleurs musculaires au dos.

Douleurs musculaires au dos : les sports à privilégier

Si on souffre de douleurs musculaires au dos, ce n'est pas p our cela qu'on est obligés d'arrêter la pratique du sport. Ainsi, certains peuvent détendre les muscles du dos. La natation est particulièrement adaptée aux personnes qui souffrent du dos, ainsi que la marche, le vélo, la danse ou le stretching.

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):