Sommaire

Lumbago : êtes-vous à risque ?

Lumbago : êtes-vous à risque ?© IstockMême si le lumbago peut survenir au moindre faux mouvement ou mouvement brusque, certaines personnes sont plus à risque d'en souffrir. Est-ce votre cas ? Oui si vous êtes un homme. "Le lumbago touche 60% d'hommes contre 40% de femmes", explique le Dr Jean-Yves Maigne, rhumatologue. Pourquoi ? "Parce qu'ils sont plus rigides au niveau de la colonne lombaire. Or, pour faire un lumbago qui traduit une déchirure d'un disque, il faut qu'il y ait cette rigidité." Deuxième facteur de risque : l'âge. Plus on est jeune, plus on est à risque ! "L'âge moyen est 35/40 ans", précise le spécialiste. Explication : pour faire un lumbago, les disques doivent être en bon état, "ce qui est rare passé 50 ans".

Reconnaître un lumbago

Le lumbago est très facile à reconnaître. Il s'agit d'une douleur violente qui survient dans le bas du dos, le plus souvent suite à un mouvement brusque. Elle peut s'accompagner d'un blocage lombaire. "Le dos est cassé par la douleur. La personne manifeste une attitude antalgique : elle est penchée en avant et sur le côté", précise le Dr Jean-Yves Maigne, rhumatologue. Le lumbago peut apparaître brutalement ou 24h après l'effort (ex : après avoir fait un déménagement). Il n'y a aucune douleur dans la jambe (sinon, ce peut être une sciatique !).
A savoir : Le lumbago est une maladie peu récidivante, "en moyenne 1 à 2 dans une vie".

Lumbago : du vélo plutôt que du tennis !

Pour prévenir le lumbago, il est conseillé de renforcer ses muscles abdominaux ainsi que ceux du dos. "C'est le tronc tout entier qui doit être plus fort", explique le Dr Jean-Yves Maigne, rhumatologue. Mais attention, certains sports sont très mauvais pour le dos et ne protègent pas du tout du lumbago, au contraire !
En pratique : On oublie les sports brusques qui imposent des contorsions du dos comme le judo, la lutte, le canoé kayak, les sports de raquette (tennis...), les haltères... Et on opte plutôt pour la natation, la marche et le vélo. Ces activités sont idéales quand on a mal au dos ou quand on n'est pas sportif.
A savoir : En cas de lumbago, il est conseillé de rester actif (autant que faire se peut, bien sûr !). Commencez très progressivement et augmentez graduellement vos efforts. L’important est d’être régulier et de persévérer.

Notre produit est en soldes jusqu’à ce soir avec le code SOLDES30. Profitez-en !

Sources

Docteur j'ai mal au dos, Dr Jean-Yves Maigne, ed.Solar, 2008
Le mal de dos, Dr Patrick Gepner, ed.Odile Jacob, 2003
 - Ma bible des huiles essentielles, Danièle Festy, 2007
Guide familial de l'homéopathie, Dr Alain Horvilleur, ed.Hachette Pratique, 2008
- Prendre soin du dos, Inpes
- Le site de la Sécurité sociale
(1) Rozenberg S., Allaert F.-A., Savarieau B., Perahia M., Valat J.-P., Attitude thérapeutique et place du maintien d'activité dans la lombalgie aiguë en pratique de médecine générale, Revue du rhumatisme, 2004, volume 71, numéro 1, page 65. 
(2) Michael Haake; German Acupuncture Trials (GERAC) for Chronic Low Back Pain: Randomized, Multicenter, Blinded, Parallel-Group Trial With 3 Groups Archives of Internal Medicine, Sep 2007; 167: 1892 - 1898.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.