Douleur au niveau du bassin : est-ce la spondylarthrite ankylosante ?

Publié le 17 Octobre 2018 à 18h00 par La Rédaction Médisite
La spondylarthrite ankylosante est une maladie inflammatoire qui, avec le temps, enraidit les articulations. Les douleurs liées à la spondylarthrite ankylosante sont des symptômes invalidants, car elles s’intensifient au fur et à mesure que la pathologie évolue. Le traitement de la spondylarthrite ankylosante permet d’améliorer le quotidien des malades.
Istock

Spondylarthrite ankylosante: définition

La spondylarthrite ankylosante (SpA) est une inflammation articulaire chronique qui évolue par poussées douloureuses. Celles-ci alternent avec des périodes de rémission. L’évolution de cette maladie est totalement imprévisible.La SpA touche la colonne vertébrale (ou rachis) et les articulations du bassin. C’est pourquoi une douleur au niveau du bassin ne doit pas être négligée. Les patients atteints peuvent constater une ankylose des articulations concernées lorsque cette maladie inflammatoire évolue.Avec le rhumatisme psoriasique et les rhumatismes en relation avec la maladie de Crohn ou d’autres maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI), la spondylarthrite ankylosante est l’une des nombreuses formes de spondylarthropathies appelées aussi spondyloarthrites, dont la SpA représente, à elle seule, 1 cas sur2. Elle peut se déclarer chez de très jeunes patients comme chez les seniors, mais elle apparaît principalement chez les personnes âgées de 20 à 30ans, et concerne plus d’hommes que de femmes.

Spondylarthrite ankylosante: les causes

On ne connaît pas les causes de la SpA, mais simplement les facteurs favorisants, à savoir :- la génétique : au sein d’une même famille, plusieurs personnes peuvent développer une spondylarthrite ankylosante. Le gène Human Leucocyte AntigeneB27 (gène HLAB27) est présent chez près de 9 personnes touchées par la maladie sur 10. Toutefois, porter ce gène ne signifie pas que l’on développera une spondylarthrite ankylosante ;- une perturbation du système immunitaire : à noter que ce phénomène est souvent provoqué par le gène HLA B27.Une modification importante du microbiote intestinal et le tabagisme pourraient favoriser la spondylarthrite ankylosante.

Spondylarthrite ankylosante: les symptômes

Les principaux symptômes de la spondylarthrite ankylosante sontles douleurs inflammatoires au niveau du rachis lombaire, surtout la nuit. Elles disparaissent spontanément au début, après quelques semaines tout au plus. On note également:- une douleur au niveau du bassin, dans une ou les deux fesses ;- des douleurs dans les talons au réveil ;- des articulations raides au réveil qui s’assouplissent dans l’heure ;- une grande fatigue générale.D’une durée maximale de 3 mois au début de la maladie, les poussées douloureuses sont de plus en plus longues au fil du temps.

Spondylarthrite ankylosante: traitement

Plus le diagnostic de la spondylarthrite ankylosante est précoce, plus le traitement est efficace. C’est pourquoi au moindre doute face à des raideurs articulaires associées à une douleur au niveau du bassin ou de la colonne, ou si l’un ou plusieurs membres de la famille souffrent de cette maladie, il est vivement recommandé de consulter un rhumatologue.Bilan sanguin, recherche d’anticorps, radiographies, voire IRM et échographie permettent de diagnostiquer la maladie et de prescrire au patient un traitement adéquat. La spondylarthrite ankylosante a pour traitement principal:- les médicaments antidouleur de type AINS, corticoïdes, antalgiques ;- des séances de rééducation et de réadaptation, indispensables pour limiter les risques d’ankylose et d’enraidissement des articulations.Un traitement bien suivi améliore la qualité de vie et permet d’atténuer la douleur.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.