Dentifrice sans fluor : il augmente vos risques de caries, alerte l’UFSBD

L’utilisation de dentifrice sans fluor serait “une perte de chance face à votre santé bucco-dentaire”, estime l’UFSBD. Elle alerte les autorités et le grand public sur le risque de recrudescence des caries, dans un communiqué publié le 25 août 2020.

Le nombre de dentifrices sans fluor disponibles sur le marché augmente d’année en année… Au grand dam de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD), qui alerte sur le risque de recrudescence des caries lié à l’utilisation de ces produits, aussi bien chez les enfants que chez les adultes.

À quoi sert le fluor dans les dentifrices ?

Le fluor est un agent anti-carie, introduit dans les dentifrices en 1947 par les pharmaciens Daniel Carlier et Jean-Jacques Goupil. Les ions fluorures présents dans ces produits d’hygiène ont “permis de réduire de façon considérable la prévalence de la carie dentaire dans le monde”, explique l’UFSBD. Ces ions ont un triple niveau d’action.

Un effet antiseptique, vis-à-vis des germes cariogènes

Dans notre bouche, de nombreuses bactéries adhèrent à l’émail grâce à un biofilm appelé la plaque dentaire. Une fois installées, elles transforment les sucres ingérés en acides, qui vont ronger la dent et créer les caries. Le fluor limite la formation de la plaque dentaire et réduit ainsi le nombre de bactéries présentes au niveau buccal.

Un rôle protecteur majeur

Le fluor s’incorpore à l’émail dentaire et le renforce. Ce dernier devient donc plus résistant aux attaques acides, qui surviennent lorsque vous mangez ou buvez quelque chose.

Des vertus réparatrices

Des études ont montré “la capacité du fluor à stopper la progression de la maladie carieuse et même à inverser ce processus”, souligne l’UFSBD. Le tout grâce à une reminéralisation des surfaces lésées, lorsque la carie commence à se former.

Les réseaux sociaux auraient terni l’image du fluor

Malgré ses effets anti-carie avérés, le fluor a vu sa cote de popularité dégringoler ces dernières années. Pour le réseau de praticiens dentaire, cela est dû au partage d’articles sur la nocivité du fluor et ses risques de surdose, sur les réseaux sociaux. Une tendance qui s’inscrit dans une quête de produits plus naturels par une partie de la population.

L’UFSBD rappelle que, comme tout produits cosmétiques, les dentifrices sont soumis à une réglementation stricte. Ainsi, les ions fluorés sont limités à la dose de 0,15 %, “soit 1500 ppm, unité entérinée par l’usage dans le domaine bucco-dentaire”.2

Quels sont les risques d’un excès de fluor

D’après l’organisme, les risques d’intoxication chronique sont donc faibles, et sont “essentiellement dus à un mésusage” du produit : en ingérer une grande quantité, par exemple. Un risque plus présent chez les enfants qui ne savent pas recracher le dentifrice, ou chez les personnes atteintes de troubles psychologiques.

“Utilisé de manière raisonnée, en suivant les recommandations de votre dentiste, le fluor est un allié très précieux pour la santé de vos dents”, souligne l’UFSBD. En revanche, un excès de fluor peut entraîner une fluorose dentaire, surtout chez les enfants. Celle-ci se caractérise par l’apparition de tâches blanchâtres sur les dents. Pour les plus jeunes, il est donc conseillé de privilégier un dentifrice “spécial enfant”, dont la teneur en fluor ne dépasse pas 500 ppm.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.