Conjonctivite allergique : d'où vient le larmoiement ?

Il existe plusieurs causes de conjonctivite. Lorsqu’elle est provoquée par une allergie, on parle de conjonctivite allergique. Souvent associée au rhume des foins, la conjonctivite allergique se caractérise surtout par des yeux rouges et larmoyants. Découvrez les mécanismes qui se cachent derrière ces réactions.

Publicité

© Istock©iStock

La conjonctivite allergique perturbe l’activité des glandes lacrymales

Sécrétées par les glandes lacrymales, les larmes jouent un rôle important dans notre santé oculaire. Elles protègent l’œil, le nettoient et assurent une bonne lubrification à sa surface. Cependant, avec l’arrivée du printemps, cet équilibre est souvent mis à mal par la rhinite allergique, connue aussi sous le nom de rhume des foins. Cette affection s’accompagne quelquefois d’une conjonctivite. Le contact de l’allergène provoque alors une irritation de l’œil, qui devient rouge. Cette irritation altère le fonctionnement des glandes lacrymales, lesquelles produisent davantage de larmes.

Publicité
Publicité

Traitement de la conjonctivite allergique

La conjonctivite allergique est passagère et n’entraîne aucune complication. Elle évolue spontanément vers la guérison, si le patient évite d’entrer en contact avec l’allergène responsable des larmoiements, du gonflement des yeux et des picotements. Un collyre peut néanmoins être prescrit si les symptômes persistent.

Les autres formes de conjonctivite

Une conjonctivite est parfois provoquée par un virus ou une bactérie. Ainsi, la conjonctivite virale peut être très contagieuse, surtout si elle est causée par le virus de l’herpès. La conjonctivite bactérienne, quant à elle, ne touche généralement qu’un œil. Elle se manifeste par des sécrétions de pus au réveil et une gêne, comme si un corps étranger s’était logé dans l’œil.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X