Sommaire

Une confusion, une désorientation

Une confusion, une désorientation© Adobe StockC’est-à-dire : suite à un coup sur la tête, la personne est abasourdie, ne sait plus donner l’heure, ni nommer l’endroit où elle se trouve. Si le choc a été plus violent, elle peut avoir une perte de connaissance.
Pourquoi : "Le choc a ébranlé la substance réticulée activée, une partie du cerveau qui traite les informations qui nous rendent conscients. C’est l’un des signes cliniques dans la phase aiguë du traumatisme" explique le Dr Redond.
Que faire : en cas de choc sur le crâne, consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

Une amnésie

Une amnésie© Adobe StockC’est-à-dire : la commotion cérébrale peut amener une amnésie. Il s’agit le plus souvent de l’oubli de l’incident. Si le choc a été plus important, cela peut entraîner une amnésie rétrograde : la personne ne se souvient plus des circonstances et des événements précédent l’événement.
Pourquoi : "Tout prêt de l’hippocampe, cette partie du cerveau qui gère en partie la mémoire, se trouve des neurones que l’on appelle "sub-thalamiques". Ils sont très sensibles à un manque d’oxygène. Le choc ébranle le cerveau au point de créer de petits problèmes de vascularisation, qui altèrent ces neurones. C’est l’un des signes cliniques dans la phase aiguë du traumatisme" explique le Dr Redond.
Que faire : en cas de choc sur le crâne, consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

Des maux de tête

Des maux de tête© Adobe StockC’est-à-dire : la personne se plaint de céphalées dans les jours et les semaines qui ont suivi le choc.
Pourquoi : "Ce symptôme fait partie des signes post-traumatiques. Le cerveau va bien, mais des personnes vont commencer à se plaindre de maux de tête plus ou moins réguliers, liés à des facteurs psychologiques qui se sont rajoutés. Ils sont difficiles à traiter et peuvent durer plusieurs semaines, des mois, voire des années." explique le Dr Redond.
Que faire : en cas de choc sur le crâne, consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

Une grande sensibilité au bruit

Une grande sensibilité au bruit© Adobe StockC’est-à-dire : la personne peut souffrir d’une sensibilité aux bruits importants. Celle-ci pouvant par la suite se transformer en acouphènes.
Pourquoi : "Ce symptôme fait partie des signes post-traumatiques. Le cerveau va bien, mais des personnes vont commencer à se plaindre qu’elles ne supportent plus certains bruits ou développent des acouphènes, liés à des facteurs psychologiques qui se sont rajoutés. Les acouphènes sont difficiles à traiter et peuvent durer des années" explique le Dr Redond.
Que faire : en cas de choc sur le crâne, consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

Des troubles de la concentration et de la performance

Des troubles de la concentration et de la performance© Adobe StockC’est-à-dire : cela se présente sous la forme de troubles de l’attention, de concentration ou de mémoire avec des difficultés à faire son travail, à réaliser les taches que la personne avait l’habitude de traiter efficacement auparavant.
Pourquoi : "Ce symptôme fait partie des signes post-traumatiques. Le cerveau va bien, mais certaine personnes vont commencer à avoir l’impression (liés à des facteurs psychologiques) de faire plus d’efforts pour réaliser une tache ou suivre leur travail. Cela crée de l’anxiété qui peut amener des troubles du sommeil. Si cela n’est pas pris en charge par un travail psychothérapeutique, cela peut aller jusqu’à la dépression et une certaine forme d’agoraphobie" explique le Dr Redond.
Que faire : en cas de choc sur le crâne, consulter son médecin traitant rapidement ou se rendre aux urgences pour réaliser une imagerie cérébrale. La commotion cérébrale est bien souvent bénigne et n’entraînera aucune séquelle.

> Un expert santé à votre écoute !

Vidéo : Top 3 des aliments à risque pour le cerveau

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.