La taille de votre cou, révélatrice de votre état de santé

Publié le 27 Mai 2019 à 12h13 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
La mesure du tour de cou des patients pourrait être un nouvel outil de diagnostic du syndrome métabolique, selon une étude. Avoir un gros cou pourrait donc révéler de sérieux problèmes de santé.

Mesurer son tour de cou pour évaluer son état de santé ? C’est ce que suggère une étude présentée lors du congrès annuel de l’Asian Pacific Society of Cardiology (APSC), et relayée par l'European Society of Cardiology.

La circonférence de votre cou permettrait de dépister le syndrome métabolique de manière précoce, et ainsi révéler si vous êtes plus susceptible de développer des problèmes cardiovasculaires.

Le syndrome métabolique favorise les maladies cardiovasculaires

Le syndrome métabolique est un ensemble de troubles qui favorisent la survenue de certaines pathologies chroniques telles que le diabète de type 2 et les maladies cardiovasculaires. Selon l’European Society of Cardiology, un quart de la population mondiale serait atteinte du syndrome métabolique, et ces personnes seraient trois fois plus susceptibles d’être victime d’une crise cardiaque ou d’un accident vasculaire cérébral.

Pour diagnostiquer ce syndrome, les médecins se basent sur un certain nombre de critères, comme l’obésité abdominale, le taux de triglycérides et de cholestérol, ou encore la pression artérielle. Des chercheurs de l’Adventist Medical Centre Manila (Philippines) suggèrent que le tour de cou des patients pourrait être un autre critère à prendre en compte.

"Le syndrome métabolique est en train de devenir un problème mondial avec une prévalence accrue", souligne le Dr Pacifico D. Gines III, auteur principal de l’étude. "Le périmètre cervical pourrait être un moyen simple et rapide d’identifier les personnes touchées, afin qu’elles puissent modifier leur mode de vie et recevoir un traitement pour prévenir les crises cardiaques et les AVC".

Les personnes ayant un tour de cou élevé seraient en moins bonne santé

Pour émettre cette hypothèse, les chercheurs ont examiné la relation entre le tour de cou et les composantes du syndrome métabolique. Ils ont examiné 160 adultes ayant subi un bilan de santé, dont 26 d’entre eux avaient été diagnostiqué d’un syndrome métabolique. Les personnes souffrant de ce syndrome présentaient un périmètre cervical supérieur à 40 cm pour les hommes, et à 36 cm pour les femmes.

De manière générale, la circonférence du cou était significativement plus élevée chez les participants présentant au moins l’un de ces symptômes : hypertension, diabète et dyslipidémie (c’est-à-dire concentration anormalement élevée ou diminuée de lipides dans le sang). Les personnes ayant un gros cou avaient aussi un taux de “bon” cholestérol, de triglycérides et de glycémie plus élevés.

Un nouvel outil de dépistage efficace et rapide

Selon le Dr. Gines, le tour de cou serait un facteur de prédiction du syndrome métabolique "plus précis que le tour de taille", dans la mesure où ce dernier "est affecté par la respiration, et le fait que l’estomac soit plein ou non". Le chercheur souligne que ce nouvel outil de dépistage est très "facile à mesurer lors des check-up de santé".

Toutefois, cette étude ne porte que sur une population philippine. Si le chercheur estime que “les valeurs seuil peuvent être applicables à d’autres Asiatiques ayant le même corps que les Philippins”, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour définir quel est le tour de cou à ne pas dépasser pour chaque population.

Mais que soit leur pays d’origine, "les personnes atteintes du syndrome métabolique doivent avoir une alimentation équilibrée, conserver un poids santé, faire de l'exercice régulièrement et contrôler leurs progrès avec leur médecin", conclut le spécialiste.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.