Grippe : elle vous rendrait plus à risque d’AVC pendant un an

La grippe serait associée à un risque accru d’AVC pouvant survenir jusqu’à un an après avoir contracté la maladie, selon une nouvelle étude de chercheurs de l’Université de Columbia (Etats-Unis), publiée dans la revue scientifique American Heart Association, le 30 janvier 2019.
Istock

Selon une nouvelle étude de l’Université de Columbia (Etats-unis), publiée le 30 janvier 2019 dans la revue scientifique American Heart Association, la grippe ou les maladies pseudo-grippales augmenteraient de 40% les risques d’accident vasculaire cérébral. Un risque pouvant se déclencher au bout de 15 jours mais qui peut aussi durer jusqu’à un an. Ce résultat a été obtenu à travers une étude de recherches préliminaires consacrées à la science et au traitement des maladies cérébrovasculaires. L’étude met donc en avant cette découverte, en l'ajoutant aux recherches précédentes qui suggéraient que le vaccin contre la grippe pouvait réduire le risque d'accident vasculaire cérébral.

Une inflammation d'origine grippale

L’équipe du Dr Amelia Boehme, principale auteure de l’étude, a analysé durant deux ans les données médicales de 30 912 patients d’environ 72 ans (49% hommes, 20% noirs, 84% citadins) admis à l’hôpital pour un AVC survenu en 2014. "Nous nous attendions à voir des différences dans l’association des AVC de la grippe entre les zones rurales et urbaines. Au lieu de cela, nous avons constaté que le lien entre une maladie pseudo-grippale et un accident vasculaire cérébral était similaire chez les personnes vivant en zones rurales et urbaines, ainsi que chez les hommes et les femmes et parmi les groupes raciaux", a déclaré le Dr Amelia Boehme. Plusieurs causes peuvent être à l’origine du lien entre la grippe et les AVC, même si aucune raison définitive n’a été annoncée, une inflammation provoquée par l’infection grippale serait à l’origine de cette association.

D’après les derniers relevés, les taux de vaccination contre la grippe ont diminué ces dernières années. Les services de santé encouragent donc les personnes enceintes, les personnes âgées de plus de 65 ans, les patients en insuffisance cardiaque à se faire vacciner chaque année contre la grippe. "Les infections virales, telles que la grippe, peuvent créer un stress supplémentaire pour le corps et augmenter la pression artérielle, ce qui peut provoquer une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral chez les personnes vulnérables", conclut l’étude.

Des complications pulmonaires

Les complications liées au virus de la grippe touchent essentiellement l'arbre respiratoire : on parle souvent de surinfection bronchique. Chez l'adulte, les complications les plus fréquentes sont : la bronchite, la bronchopneumopathie, la pneumonie, une toux sèche qui perdure, ou encore la sinusite. La bronchite, la pneumonie ou la bronchopneumopathie peuvent être responsables d'une détresse respiratoire sévère nécessitant une hospitalisation en urgence. Chez les enfants, la principale complication est l'otite. Au vu des complications potentiellement graves que peut entraîner la grippe chez les personnes présentant un terrain fragile, il est vivement conseillé de se faire vacciner chaque année afin de limiter les risques.

Les personnes fragiles touchées par la grippe sont plus sujettes aux complications. Une attention particulière doit être portée aux :- personnes âgées ;- personnes atteintes de maladies pulmonaires (asthme, BPCO, emphysème...) ;- personnes atteintes de maladies chroniques (diabète, insuffisance rénale, insuffisance cardiaque...) ;- nourrissons de moins de 6 mois ;- femmes enceintes ;- personnes en situation de déficit immunitaire (cancer, VIH).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : La grippe serait associé à un risque d'AVC accru sur un an

Source : Flu, flu-like illnesses linked to increased risk of stroke, neck artery tears, American Heart Association, 30 janvier 2019
Overview, Stroke, NHS
La rédaction vous recommande sur Amazon :