Ver solitaire : les aliments les plus à risque
Sommaire

Pertes blanches au niveau des selles : les premiers signes révélateurs du ver solitaire

Pertes blanches au niveau des selles : les premiers signes révélateurs du ver solitaire© Istock

S’il peut impressionner avec ses 10 mètres de longs, le ver solitaire passe inaperçu dans un premier temps. Les premiers signes vont survenir au bout de quelques semaines, lorsque le ver aura totalement colonisé le côlon et acquis une certaine taille. "Des petites pertes blanches au niveau des selles peuvent survenir : elles correspondent aux anneaux du ver, décrit le nutritionniste. Un morceau du ver va de détacher et se couper en petites parties".

Par la suite, si vous êtes contaminé, vous risquez de ressentir une importante fatigue, des nausées et douleurs intestinales. "En outre, votre transit peut se trouver déréguler, prévient Raphaël Gruman. Vous enchaînerez alors constipations et diarrhées".

S’il se murmure que le ver solitaire fait maigrir, ce n’est qu’un mythe ! "A une époque, certaines personnes consommaient des vers régulièrement en pensant perdre du poids. Elles avaient tendance à croire que le ver solitaire puisait dans nos calories. C’est faux", informe le spécialiste. Le ténia certes, se nourrit des aliments consommés par son "hôte", mais il s’agira d’une part minime.

"En revanche, ce dernier va se servir dans certaines vitamines, ce qui explique pourquoi le sujet ressentira de la fatigue". Cette perte d’énergie va alors engendrer une augmentation de l’appétit. "Pour compenser la fatigue, le corps va demander plus d’aliments : les patients se dirigent naturellement vers des plus grandes portions que la normale, ou consomment plus d’aliments caloriques", poursuit Raphaël Gruman. On peut donc très bien prendre du poids, si l’on est colonisé par le ver solitaire.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de La méthode Gruman, éd. Quotidien Malin 

Nature et sources du téna saginata, rapport de l'ANSES

Laboratoire MSD

Comprendre les parasitoses intestinales, Assurance Maladie

La rédaction vous recommande sur Amazon :