Rappel d’origan Albert Ménès pour présence de toxines cancérigènes

Publié le 17 Juin 2019 à 12h05 par Emmanuelle Jung, journaliste santé
L’enseigne Albert Ménès procède au rappel de plusieurs pots en verre contenant de l’origan pour présence de toxines et substances cancérigènes. La DGCCRF alerte les consommateurs.

La marque Albert Ménès voit ses lots d’origan retirés des supermarchés. En cause ? La présence d’alcaloïdes pyrrolizidiniques en concentration supérieure aux recommandations émises par les autorités européennes, alerte la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Ces substances toxiques pourraient affecter le foie et augmenter le risque de cancer.

En effet selon les experts de l’EFSA (European food savety authority), l’exposition aux alcaloïdes pyrrolizidiniques contenus dans les denrées alimentaires constitue une source potentielle de préoccupation à long terme pour la santé humaine."Ils ont identifié 17 alcaloïdes pyrrolizidiniques qui devraient faire l’objet d’un suivi et avaient recommandé que des études complémentaires soient réalisées en ce qui concerne la toxicité et la carcinogénicité des alcaloïdes les plus communément présents dans les aliments", partage l’EFSA.

Dans ce contexte, Albert Ménès se trouve dans l’obligation de rappeler ces pots d’épices. Fréquemment utilisé pour aromatiser les plats de viandes, salades ou pizzas, cet origan n’est pas sans risque pour la santé.

La référence de l’origan retiré de la vente

Vous trouverez ci-dessous les détails des lots d’origan concernés par le rappel. La DGCCRF invite les consommateurs qui en auraient acheté et qui en détiendraient encore à ne pas les consommer et les rapporter au point de vente pour bénéficier d’un remboursement.

Produit : Origan 22 gMarque : Albert MénèsRéférence : Pot en verre – EAN : 3234750031848Lot : 18 262 755 avec de durabilité minimale au 09/2021

Un éventuel risque de cirrhose du foie et de cancer

Les alcaloïdes pyrrolizidiniques sont impliqués dans la survenue de lésions hépatiques et sont classés comme substances cancérigènes et génotoxiques. Ce n’est pas la première fois qu’elles font parler d’elles : en 2017, la prestigieuse enseigne Kusmi Tea avait vu ses infusions à la camomille pointées du doigt par Warentest, une association allemande de consommateurs, pour la même raison qu’Albert Ménès.

Selon l'association, les composés toxiques ne viendraient pas de la camomille, ni de l’origan, mais des herbes sauvages récoltées en même temps.Si une intoxication alimentaire immédiate est peu probable, une consommation régulière d’alcaloïdes pyrrolizidiniques peut jouer un rôle sur la survenue de cirrhose du foie et de cancer.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X