Horreur : un ver solitaire a grandi dans son cerveau pendant 10 ans !
Sommaire

Ver solitaire : quels sont les aliments les plus souvent contaminés ?

Ver solitaire : quels sont les aliments les plus souvent contaminés ?© Istock

Toute personne est susceptible de contracter le ver solitaire : les jeunes enfants, comme les adultes ainsi que les personnes âgées. "A priori, aucune conséquence mortelle n’a été observée dans le cas du ver solitaire, témoigne Raphaël Gruman. En revanche, certaines personnes ne sont pas à l’abri de complications, et particulièrement si le ténia n’est pas traité".

Le ver compromet considérablement l'immunité de sa victime et peut endommager les poumons, les sinus ou encore le cerveau. D'où l'intérêt de connaître les aliments à risque.

Les viandes bovines et porcines sont des aliments à risque

Certaines viandes comme la viande de bœuf ou de porc ont tendance à être contaminées par le ténia. D’où l’importance de bien cuire la viande : la bactérie est alors détruite par la chaleur.

L’embryon du ver va se loger dans les muscles des bœufs et des porcs formant un petit kyste que l’homme avale avec la viande, sans s’en apercevoir. Si celle-ci n’est pas assez cuite, l’embryon, resté vivant, se développe dans le tube digestif.

Pour éviter de croiser la route de ce parasite, il vaut mieux éviter la viande crue surotut celle qui vous semble douteuse. Si vous avez un doute sur la qualité de la viande, surtout si vous mangez à l’extérieur, mieux vaut vous abstenir. En outre, les viandes hachées sont particulièrement à risque.

Ver solitaire : les sushis, aussi à risque

On trouve aussi le parasite dans les sushis, même si ce n’est pas exactement le même ver. S’il convient de bien cuire la viande pour éviter le développement du ténia, il en sera autrement pour le poisson cru. "Il faut, dans ce cas, le détruire par la congélation. Les bons restaurants de sushis, s’ils sont fiables, vont toujours congeler le poisson", explique Raphaël Gruman. Il n’y aura alors aucun risque.

Le ténia du poisson évolue dans l’eau et donne naissance à des larves qui nagent librement, avant d’être ingérées par des microcrustacés. "Ces derniers sont ensuite ingérés par des poissons, dans lesquels les larves deviennent infestantes", détaille le laboratoire pharmaceutique MSD.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Tapeworm removed from man's brain after living inside for over a decade, CBS21, 25 janvier 2020

Dell Medical Center, (Facebook), 28 janvier 220