Incontinence urinaire : 40% des femmes de plus de 50 ans en souffrent

Un récent sondage pointe du doigt la méconnaissance de l'incontinence urinaire par les femmes, qui sont pourtant nombreuses à l'expérimenter. Les chercheurs encouragent les médecins à faire davantage de dépistages et rappellent que des solutions existent pour lutter contre ce problème.
Istock

En France, on estime que 3 millions de femmes sont concernées par l'incontinence urinaire, les principaux facteurs de risque étant le sexe mais également l'âge. Et un sondage mené par l'université du Michigan aux Etats-Unis et publié le 1er novembre 2018 confirme qu'il s'agit d'un problème commun, puisque 43% des américaines âgées entre 50 et 60 ans et 51% de celles de plus de 65 ans déclarent avoir des fuites urinaires.

Incontinence urinaire : deux tiers des femmes concernées n'en parlent pas à leur médecin

Sur les 1000 femmes interrogées, 31% d'entre elles affirment que les incidents de fuite sont quotidiens et se manifestent le plus souvent lorsqu'elles éternuent, toussent, rigolent, font du sport ou avant qu'elles n'arrivent aux toilettes. Pour pallier à ce fléau, la plupart explique également qu'elles utilisent des serviettes hygiéniques et portent des sous-vêtements de couleur sombre. Mais bien que l'incontinence urinaire soit considérée comme problématique pour 41% d'entre elles, deux tiers des participantes au sondage ont indiqué ne pas en avoir parlé à leur médecin car embarrassées ou ne le voyant pas comme quelque chose de préoccupant.

"L'incontinence urinaire ne fait pas partie du processus normal de vieillissement"

Pourtant, c'est un réel problème de santé qui n'est toutefois pas inévitable, rappelle les chercheurs. "C'est à la fois surprenant et navrant de voir que tant de femmes semblent croire que l'incontinence fait partie du processus normal de vieillissement, alors que ça n'est pas le cas", affirme Alison Bryant, l'une des directrices du sondage. D'autant plus que les fuites urinaires peuvent être très handicapantes au quotidien et avoir un impact considérable sur leur santé mentale et physique, en les empêchant notamment de faire du sport. Les chercheurs se disent d'ailleurs surpris que seulement 38% des femmes interrogées fassent des exercices de Kegel, une solution simple pour lutter contre l'incontinence urinaire permettant de renforcer les muscles du plancher pelvien.

Incontinence urinaire : des solutions existent !

Une méthode parmi tant d'autres qui restent trop peu connues selon les chercheurs. Ces derniers encouragent donc non seulement les femmes à parler de ce problème mais également les médecins à réaliser davantange de dépistages auprès des patientes plus âgées. "Nous espérons que ces résultats puissent encourager des discussions entre les femmes et les prestataires de soins de santé, afin que leurs activités ne soient pas limitées", indique Preeti Malani, directrice du sondage. "Il est important que les femmes sachent que l'incontinence urinaire est un problème courant et soignable, ajoute Carolyn Swenson, uro-gynécologue. Il y a des options de traitement à la fois chirurgical et non-chirurgical." Traitement médicamenteux, séances de rééducation périnéo-sphinctériennes, implantation de bandelettes sous-urétrales ou encore injections de toxine botulique dans le muscle vésical sont autant de solutions qui peuvent être envisagées.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Incontinence : 5 trucs pour ne plus se lever la nuit

Source(s):

"Half of women over 50 experience incontinence, but most haven’t talked to a doctor, U-M/AARP poll finds". University of Michigan. 1er novembre 2018.

"Urinary Incontinence: An Inevitable Part of Aging?". National poll on healthy aging - University of Michigan. 1er novembre 2018.

"Incontinence urinaire de l'adulte et du sujet âgé". Association française d'urologie.