Sommaire

Protection pour incontinence : formaldéhyde, cancérogène pour l’Homme

Protection pour incontinence : formaldéhyde, cancérogène pour l’Homme© Istock

Dans son rapport, l’Anses partage aussi les éventuels risques chimiques induits par les protections pour incontinence, liés à la nature des matériaux et aux substances chimiques présentes. L’Anses a dévoilé la présence de dioxines, furanes et PCB-DL ainsi que le formaldéhyde, substance considérée comme cancérogène avérée pour l’Homme.

"L’extraction des substances a été réalisée par solvant afin d’extraire le maximum de substances chimiques possibles sur 4 références. Les familles de substances cherchées étaient les pesticides, phtalates, organo-étains, hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), dioxines, furanes et PCB-DL (polychlorobiphényles dioxine-like), composés organiques volatiles (COV), substances parfumantes et conservateurs", détaille l’Anses.

Les protections pour incontinence, sont-elles cancérogènes ?

Dans leur démarche d’identification des dangers, les experts ont recherché si les substances présentes dans les changes complets faisaient l’objet d’une classification harmonisée selon le règlement (CE) n°1272/2008 relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances et des mélanges, dit règlement CLP, et selon la classification cancérogène du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Au vu de la proximité de ces produits avec les organes reproducteurs, le CES a également consulté les classifications ou les bases de données dans le but d’identifier un potentiel effet perturbateur endocrinien (PE).

"En juin 2004, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a modifié la classification du formaldéhyde le faisant passer de la catégorie 'substance probablement cancérogène pour l’homme' (groupe 2A) à 'substance cancérogène avérée pour l’homme' (groupe 1) pour les cancers du nasopharynx par inhalation, sur la base d’études épidémiologiques en milieu du travail", expliquait l’Anses.

Protection pour incontinence : d’où viennent les substances chimiques ?

"Selon les informations transmises par les fabricants, les substances détectées ou quantifiées dans les protections pour incontinence ne sont pas ajoutées intentionnellement. Elles pourraient être issues, soit d'une contamination des matières premières ou des produits finis, soit formées lors des procédés de fabrication", souligne l’Anses.

"Néanmoins, des substances ont pu être ajoutées intentionnellement dans des protections pour incontinence telle que le benzoate de benzyle (UFC Que Choisir, 2019). Une contamination environnementale peut être aussi à l’origine de la présence dans des protections pour incontinence, de certaines substances comme les dioxines, furanes et PCB-DL".

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.