Piqûre de frelon asiatique : que faire ?

Tout droit venu de Chine, le frelon asiatique sévit en France depuis 2004. Sa piqûre, comme toutes celles d’hyménoptères, est douloureuse et peut entraîner de graves complications en cas d’allergie, voire la mort. Quel est alors le comportement à adopter pour subir le moins possible les désagréments qui y sont liés ? Le mode d’emploi nous est dicté par les allergologues Joëlle Birnbaum et Nhân Pham-Thi.

Publicité

Reconnaître une piqûre de frelon asiatique

© IstockPour le Dr Birnbaum, il est important de préciser que la piqûre de frelon asiatique "n’a aucune spécificité médicale". L’aspect de la piqûre et les risques qui y sont liés sont identiques à ceux des autres hyménoptères. La piqûre est simplement plus douloureuse, "car il y a plus de venin et donc de réaction inflammatoire." Elle s’accompagne de réactions locales "tout à fait normales, il n’y a aucun critère de gravité" : une rougeur et un gonflement (œdème) de moins de 10 centimètres au point de piqûre, ainsi qu’une légère induration. "Cela peut durer plusieurs jours. Le venin contient de nombreuses toxines qui vont créer cette réaction inflammatoire."

Publicité
Publicité

Il y a également des réactions locorégionales : "par exemple, quand on est piqué au niveau de l’avant-bras, l’œdème va dépasser les 10 centimètres et peut atteindre l’articulation du coude voire celle du poignet." En effet, en fonction de l’endroit de la piqûre, "le gonflement peut être plus important, ajoute le Dr Pham-Thi : par exemple au niveau du visage (paupières, ailes du nez, oreilles, lèvres) et du cou. Une piqûre dans la bouche ou dans la gorge peut gonfler au point d’entraîner un risque d’étouffement."

Enfin, une personne allergique présentera divers symptômes "qui n’ont rien à voir avec le point de piqûre" explique le Dr Birnbaum, tels que de l’urticaire généralisée, un gonflement important de certaines parties du corps, des vomissements, une diarrhée, des maux de tête, des troubles visuels, une difficulté à respirer ou à avaler, des étourdissements, une chute de tension, un malaise, des convulsions et/ou une perte de connaissance : c’est ce que l’on appelle un choc anaphylactique.

Toutefois, l’absence du dard peut être un signe particulier permettant d’identifier une piqûre de frelon asiatique : "la guêpe et le frelon ont un dard effilé qui ressort plus facilement. Une personne peut être piquée plusieurs fois par ces deux insectes. Au contraire, l’abeille a un dard harponné, et elle meurt directement après avoir piqué."

En cas de piqûre : ne pas paniquer

Si se faire piquer n’est jamais plaisant et suscite de l’inquiétude notamment à cause du caractère soudain, inattendu et incertain de l’événement et de ses répercussions, il est important de garder son calme. "En général, les réactions graves généralisées surviennent dans les 30 premières minutes suivant la piqûre, indique Joëlle Birnbaum. On attend tranquillement, on ne s’affole pas et on ne court pas pour ne pas favoriser des réactions qui pourraient être plus sévères : si rien ne se passe au bout de 30 minutes, il ne se passera rien non plus après." Une attitude que préconise également Nhân Pham-Thi : "il faut rester tranquille et privilégier les activités calmes pendant une heure."

Car en cas de réaction allergique, le cœur est impacté et fait des efforts importants : "en quelques secondes, il va s’accélérer pour compenser sa perte d’oxygène puis ralentir parce qu’il s’épuise, explique le Dr Birnbaum. Le pouls va diminuer donc il y aura une chute de tension ou le pouls sera imprenable. Mais il va se relancer ensuite". D’où l’importance de ne pas paniquer !

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X