Grippe de type A et B : causes, symptômes et traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteMaladie respiratoire contagieuse, la grippe est provoquée le plus souvent par des virus respiratoires de type A ou de type B. Zoom sur leurs caractéristiques et les traitements qui permettent d’en venir à bout.

Définition

Contagieuse, la grippe fait des victimes surtout en hiver dans nos pays tempérés en raison de facteurs comportementaux et physiologiques liés au froid.
Il existe trois types de grippe de virus grippaux dont les conséquences pathologiques sont différentes : la grippe provoquée par un virus de type A, la grippe provoquée par un virus de type B et la grippe provoquée par un virus de type C.
Les virus de types A et B provoquent des épidémies de grippe saisonnière. Rarement détectée, la grippe de type C ne provoque que des manifestations bénignes.

Photo : en doré, virus de la grippe A (H5N1)

Photo : en doré, virus de la grippe A (H5N1)© Creative Commons

Crédit : Cynthia Goldsmith Content Providers: CDC/ Courtesy of Cynthia Goldsmith; Jacqueline Katz; Sherif R. Zaki — This media comes from the Centers for Disease Control and Prevention's Public Health Image Library (PHIL), with identification number #1841 Copyright : creative commons / Public Domain - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Colorized_transmission_electron_micrograph_of_Avian_influenza_A_H5N1_viruses.jpg

Chiffres

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé, on dénombre chaque année 3 à 5 millions de cas graves de grippe dans le monde. Le plus souvent provoqués par un virus de type A, ils sont à l’origine de 250 000 à 500 000 décès.
Débutant en général en décembre ou en janvier, l'épidémie dure de 4 à 12 semaines et concerne de 2 à 8 millions de personnes en France. Les personnes âgées représentent 90% des cas mortels.
La grippe entraîne en général un arrêt de travail de 4 à 5 jours chez les personnes actives touchées.

Symptômes

Les principaux symptômes de la grippe A (H1N1) sont comparables à ceux de la grippe B même si "les virus A donnent globalement des symptômes plus sévères que les virus B", souligne le Pr Élisabeth Bouvet, infectiologue et présidente de la commission technique des vaccinations au sein de la Haute Autorité de Santé
Voici ces différents symptômes :

  • Fièvre (au-dessus de 38°C).
  • Frissons.
  • Maux de tête.
  • Nez bouché.
  • Toux sèche.
  • Courbatures.
  • Fatigue.
  • Troubles digestifs comme des maux de ventre, de la diarrhée et des vomissements.

Les symptômes peuvent être minimes ce qui ne modifie pas la contagiosité.

Causes

Les trois virus de la grippe, A, B et C qui contaminent les êtres humains sont appelés des Influenzavirus et appartiennent à la famille des Orthomyxoviridae.
Des virus de type A circulent également chez les oiseaux aquatiques comme les canards, les poulets, les porcs ou les chevaux, alors que les virus de type B sont spécifiques à l'homme.

Photo : virions grippaux quittant leur cellule hôte

Photo : virions grippaux quittant leur cellule hôte© Creative Commons

Crédit: Cynthia Goldsmith Content Providers(s): CDC/ Dr. Terrence Tumpey — This media comes from the Centers for Disease Control and Prevention's Public Health Image Library (PHIL), with identification number #8160. Copyright : creative commons / Public domain - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:EM_of_influenza_virus.jpg

Très instables, ces virus se transforment en permanence ce qui conduit à la naissance de nouvelles souches qui peuvent tromper les défenses immunitaires dirigées contre les souches en circulation.
Tous les ans, les souches humaines subissent ainsi une transformation mineure mais plusieurs fois par siècle se produit un changement important qui peut entraîner des pandémies ravageuses. Rarement, un virus de type A circulant habituellement chez les animaux se propage à l’homme : c’est ce qui s’est produit en 2004 avec le virus H5N1 (grippe aviaire) et en 2009 avec le virus H1N1 associant des éléments porcins, aviaires et humains.
"Le virus H1N1 n’est pas plus dangereux qu’un autre. Avant l’épidémie attendue en 2009 il paraissait dangereux car il n’avait pas circulé depuis longtemps .
C’est la raison pour laquelle on pouvait craindre que la population ne soit pas du tout protégée et donc qu’il y ait beaucoup de cas (pandémie). On redoutait aussi que les symptômes soient plus graves et les complications plus fréquentes, en particulier chez les personnes habituellement peu à risques comme les adultes jeunes . Cela n’a finalement pas été le cas en termes de gravité alors que la population touchée a été plus importante que lors d’une épidémie saisonnière", souligne le Professeur Élisabeth Bouvet.

Les virus de la grippe B en circulation peuvent être répartis en plusieurs sous-groupes dont les lignées B/Yamagata et B/Victoria.
Moins courants que les virus de type A, les virus de type B circulent presque exclusivement chez les êtres humains et mutent deux à trois fois plus lentement que ceux de type A.
L’homme étant l’hôte naturel de la grippe B, les virus de la grippe B ne sont en général pas à l’origine de pandémies.

Qu’est-ce que la grippe aviaire ?

Provoquée par le virus H5N1, la grippe aviaire touche presque toutes les espèces d’oiseaux qu’ils soient sauvages ou domestiques. Lorsqu'elle est transmise à l'homme, la grippe aviaire se manifeste de manière variable en fonction du sous-type de virus. Chez les personnes infectées par le virus de type H5, elle se caractérise par sa survenue brutale et par l'apparition d'une fièvre élevée. La grippe aviaire provoque une toux, voire une infection plus massive de voies respiratoires inférieures. Dans les cas les plus sévères, on peut également observer des troubles gastro-intestinaux, des hémorragies nasales et/ou gingivales ainsi que des douleurs thoraciques

Facteurs de risques

Parmi les facteurs de risques de contracter la grippe figurent le fait de :

  • Côtoyer ou travailler avec des enfants d’âge scolaire qui constituent le réservoir de la grippe.
  • Travailler dans des établissements comme des hôpitaux ou des Ehpad où le pourcentage de personnes grippées est élevé pendant une épidémie
  • Fréquenter des lieux publics et très fréquentés

"Voyager dans des petits espaces (bateaux, avion, train) avec plusieurs personnes ne représente pas un risque plus important mais pose une problématique particulière si une grippe se déclare. Le risque de transmission est, en effet, important dans une enceinte close souvent loin des systèmes de soins, raison pour laquelle on recommande la vaccination", souligne le Pr Bouvet.

Facteurs de risques© Istock

Personnes à risque

"Certaines personnes doivent consulter leur médecin traitant dès les premiers symptômes évocateurs de grippe pendant la période épidémique. Ces personnes devraient avoir été vaccinées", souligne le Pr Bouvet.
Il s’agit des :

  • Personnes âgées de plus de 75 ans en particulier celles qui résident dans des Ehpad.
  • Femmes enceintes.
  • Bébés de moins de 6 mois.
  • Bébés prématurés.
  • Enfants souffrant d’une cardiopathie congénitale, d’un déficit immunitaire congénital, d’une maladie pulmonaire, neurologique ou neuromusculaire.
  • Personnes souffrant d’une ALD (affection à longue durée).
  • Personnes obèses.

Durée

Dans la majorité des cas, les symptômes de grippe de type A ou B diminuent ou disparaissent au bout de 3 à 5 jours. La personne grippée peut cependant après une phase de rémission voire la fièvre augmenter de nouveau avant de se normaliser.
La fatigue est souvent ressentie pendant les 2 à 3 semaines qui suivent et une toux sèche peut aussi persister pendant deux semaines.

Durée© Fotolia

Contagion

La grippe A due au virus H1N1 est beaucoup plus contagieuse que la grippe provoquée par le virus de type B. Possédant une durée d'incubation de 24 et 48 heures, ces deux formes de grippe se transmettent par le biais de micro gouttelettes et de particules émises lors d’éternuements ou de toux. Les particules virales se déposent alors sur des objets inanimés ou les mains avant de contaminer de nouvelles personnes. La transmission peut se produire pendant les 24 à 48 h avant le début des symptômes.

Qui et quand consulter ?

Le généraliste est l’interlocuteur de premier choix. N’hésitez pas à le consulter rapidement si :

  • Vous êtes enceinte.
  • Vous faites partie des plus de 65 ans.
  • Vous avez un bébé jeune.
  • Vous avez une maladie chronique.
  •  Vous avez des symptômes inhabituels comme un essoufflement au repos, une toux persistante, etc...
  • Votre fièvre est supérieure à 40 degrés.
  • Vous ne constatez aucune amélioration au bout de 3 jours ou si votre état s’aggrave brutalement.

Complications

Les complications les plus fréquentes de grippe qu’elle soit de type A ou de type B sont :

  • Une décompensation de l’asthme.
  • Une pneumonie primaire ou provoquée par une surinfection bactérienne.
  • Une fausse couche ou des malformations congénitales neurologiques du fœtus.
  • L’aggravation d’une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ou de la mucoviscidose.
  • L’aggravation d’une insuffisance cardiaque, respiratoire ou rénale.

Examens et analyses

Le plus souvent, l’interrogatoire et l’examen clinique suffisent au médecin généraliste pour suspecter un diagnostic de grippe de type A ou B mais en cas d’urgence ou de difficultés diagnostiques, il peut demander une numération de la formule sanguine ou une radiographie des poumons ou un prélèvement rhino-pharyngé permettant d’identifier le virus en cause (technique de PCR).

Traitements

Traitements allopathiques

La grippe guérissant en général spontanément, son traitement consiste à soulager les symptômes. Il repose sur l'hydratation et des médicaments contre la fièvre, les douleurs et la toux. En cas de forme grave, ou pour les personnes à risque de complication, le médecin peut prescrire un traitement spécifique à base d'antiviraux comme l’oseltamivir ou le zanamivir.
"Les traitements antiviraux agissent sur tous les virus grippaux mais ils doivent être administrés très précocement pour être efficaces et réduire la durée et la gravité des symptômes", souligne le Pr Bouvet.
Les auteurs de plusieurs études ont, en effet, remis en cause l'efficacité de l'oseltamivir après avoir constaté une réduction de la durée des symptômes de moins d'une journée et d'une réduction quasi-nulle des complications graves (pneumonie ou hospitalisation).

"L’efficacité de l’oseltamivir n’est effectivement pas excellente en curatif car la grippe est une maladie aiguë et le traitement arrive toujours trop tard", précise le Pr Bouvet, qui ajoute cependant que ces antiviraux possèderaient également une action préventive vis-à-vis de l'infection de la grippe.

Prévention

La vaccination

La meilleure prévention contre la grippe A et B reste la vaccination annuelle.
Chaque année, un nouveau vaccin élaboré à partir des quatre souches virales les plus fréquentes (deux sous-types du virus A et deux virus du type B) lors de l'épidémie saisonnière précédente est mis en vente. Une dose de ce vaccin est suffisante chez les adultes et les enfants de plus de 9 ans.
Depuis 2019 les vaccins disponibles comportent 4 souches de virus (2 souches A et 2 souches B ).
L’efficacité de ces vaccins est parfois limitée soit en raison d’une non prise en compte du virus circulant dans le vaccin soit du fait des faibles capacités immunitaires des personnes vaccinées.
C’est la raison pour laquelle plusieurs équipes de recherche dans le monde travaillent sur des vaccins plus efficaces sur tous les virus en rendant immunogènes leurs zones non variables.

Quand et qui doit se faire vacciner contre la grippe : les conseils du professeur Bouvet 

"Il faut se faire vacciner idéalement en octobre ou en novembre car les épidémies surviennent pendant l’automne et l’hiver dans les pays de l’hémisphère Nord et en Europe en particulier .
Le délai d’obtention de l’immunité est de 15 jours environ.
Actuellement en France la vaccination est recommandée chez les personnes à risque (plus de 65 ans et immunodéprimés, femmes enceintes et personnes obèses, personnes atteintes de pathologies pulmonaire ou cardiaque chronique et d’autres maladies chroniques ) et les professionnels de santé. Les professionnels en contact avec des sujets à risque et l’entourage des personnes à risque ainsi que les professionnels de voyage navigant doivent aussi se faire vacciner.
Cependant ne faut pas trop inciter les personnes non à risque ou non visées par les indications à se faire vacciner car les stocks de vaccins sont limités !"

Mesures d’hygiène

La grippe A étant très contagieuse, les mesures d'hygiène doivent être très strictes mais reposent sur des gestes simples. Il faut ainsi :

  • Se laver les mains plusieurs fois par jour et notamment avant et après les repas et les passages aux toilettes. Les autorités de santé recommandent ainsi un lavage des mains à l’eau et au savon qui doit être minutieux et respecter certaines étapes. Il faut ainsi commencer par passer les mains sous l’eau avant de les savonner avec du savon liquide, car le savon dur, ou "savonnette", retient des bactéries à sa surface des bactéries. Il faut ensuite bien se frotter les mains en insistant sur le pourtour des ongles, les espaces interdigitaux et les poignets pendant au moins 20 secondes. Il s’agit ensuite de se rincer les mains sous l'eau courante avant de les sécher les mains avec une serviette propre. Dans les lieux publics veillez à les sécher plutôt avec une serviette à usage unique ou du papier qu'avec un sèche-mains électrique.Si vous n’avez pas les possibilités de vous laver les mains avec de l’eau, vous pouvez utiliser une solution hydro alcoolique, aussi efficace qu’un lavage à l’eau.
  • Aérer pour diminuer la concentration des virus en suspension, vous devez renouveler l’air intérieur de votre habitation. Pour cela, ouvrez vos fenêtres en grand pendant une dizaine de minutes matin et soir, même s’il fait froid à l’extérieur.
  • Utiliser un mouchoir en papier pour se moucher ou cracher et le jeter directement dans la poubelle.
  • Éternuer et tousser dans son coude plutôt que dans ses mains.
  • Éviter les contacts avec des personnes malades ou si nécessaire se protéger et se laver les mains.
  • Porter un masque chirurgical en cas de symptômes évocateurs de grippe en période épidémique pour éviter la propagation de la maladie.
  • Limiter la consommation de cigarettes. Le tabac irrite les muqueuses, affaiblit l’appareil respiratoire et augmente la vulnérabilité aux infections de la sphère ORL et pulmonaire.

Sites d'information et associations

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.