Sommaire

Détecter l’embolie pulmonaire et la soigner

Détecter l’embolie pulmonaire et la soignerLes examens : le diagnostic repose sur un examen clinique selon un questionnaire spécifique*, un bilan sanguin (dosage des D-Dimères**), suivi d'un scanner pulmonaire par injection d'iode.
Le traitement d'urgence repose « dans 95 % des cas sur la prise d'anticoagulants (héparine) par voie intraveineuse ou sous-cutanées*** », explique le Dr Laroche. Le patient est aussi placé sous oxygène jusqu'à ce que le sang retrouve un taux d'oxygène normal. Dès que possible, des anti-vitamines K en comprimés sont prescrits en relais de l’héparine, pour une durée de 3 à 6 mois si la cause est connue (le caillot part d'une phlébite dans 70% des cas), de 6 à 12 mois si celle-ci reste inconnue.

* le Score de probabilité clinique de Genève
** le dosage sanguin des D-Dimères (un produit de la coagulation sanguine) permet de confirmer le diagnostic d'embolie pulmonaire et de thrombose veineuse profonde. C'est un indice révélateur de la formation d'un caillot sanguin.
*** dans 5% des cas, sur des embolies très sévères, on administre des médicaments fibrinolytiques pour détruire rapidement le caillot. En revanche, ce traitement a d'importants effets secondaires comme de forts risques hémorragiques.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.