DMLA : elle serait causée par une protéine régulant le système immunitaire

Ecouter l'article :

Une étude révèle une corrélation entre la dégénérescence maculaire liée à l’âge et la protéine FHR4, présente en quantité élevée dans le sang des patients qui en souffrent.

La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) est la cause de cécité la plus courante dans les pays développés. Il s’agit d’une affection oculaire de la partie centrale de la rétine, appelée macula. Une équipe internationale de chercheurs vient de découvrir une protéine qui serait directement liée à cette maladie. Leur étude a été publiée dans la revue Nature Communications.

En activant le système immunitaire, la protéine FHR4 favorise la DMLA

Cette protéine, appelée FHR4, est présente à des niveaux plus élevés dans le sang des patients atteints de DMLA, que chez les individus sains du même âge. Elle fait partie d’un groupe de protéines qui régulent une partie du système immunitaire appelé “système du complément”. Ce dernier améliore la capacité des anticorps à éliminer les microbes et les cellules endommagées de l’organisme. Les gènes qui encodent ces protéines sont étroitement groupés sur le chromosome 1, qui est le plus grand chromosome humain.

L’équipe a pu montrer que la protéine FHR4 active le système du complément, et que cette suractivation est un facteur causal majeur de la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

Réduire les taux sanguins de FHR4 pourrait prévenir la cécité

En plus d’améliorer la compréhension des causes de la DMLA, ces travaux fournissent un moyen de prédire le risque de la maladie, en mesurant tout simplement les taux sanguins de FHR4, explique le Pr. Paul Bishop, de l’Université de Manchester (Grande-Bretagne), membre du groupe de chercheurs.

“Ils offrent également une nouvelle voie au traitement [de la DMLA], qui consiste à réduire les taux sanguins de FHR4 pour restaurer la fonction du système immunitaire dans les yeux”, ajoute le scientifique.

Selon les chercheurs, les résultats de l’étude ont été confirmés pour 484 patients, et 522 échantillons de contrôle, provenant de deux bases européennes indépendantes. Les scientifiques ont également analysé des yeux qui avaient été donnés à la science après la mort de patients. Ils ont ainsi découvert que la protéine était présente dans les parties de l'œil affectées par la dégénérescence maculaire liée à l’âge.

DMLA : un lien entre cette protéine et la génétique

Après avoir étudié un ensemble de variantes génétiques sur le génome humain, les chercheurs ont découvert que des variantes sur le chromosome 1 pourraient déterminer les niveaux de FHR4 dans le sang. Or, ces mêmes variantes génétiques sont déjà associées à la DMLA.

"Les découvertes combinées sur les protéines et les gènes fournissent des preuves convaincantes que le FHR4 est un contrôleur crucial de cette partie du système immunitaire qui affecte les yeux. Nous avons montré que des niveaux de FHR4 sanguins plus élevés déterminés génétiquement conduisent à plus de FHR4 dans l'œil ce qui, à son tour, augmente le risque de réponse incontrôlée du système immunitaire à l'origine de la maladie”, conclut le Pr. Bishop.

Quels sont les signes avant-coureurs de la DMLA ?

Pour rappel, la DMLA se manifeste principalement par une vision floue des images, une difficulté à distinguer les couleurs, la déformation ou la distorsion des lignes droites ainsi qu’une gêne de la vision centrale par des espaces sombres ou vides. Jusqu’à aujourd’hui, ses causes étaient encore mal connues. Il a toutefois été prouvé que le tabagisme est un facteur de risque, de même que le vieillissement.

Photo illustrant la vision avec une dégénérescence maculaire

Photo illustrant la vision avec une dégénérescence maculaire© Creative Commons

© CC - Auteur inconnu - Licence : domaine public des États-Unis d’Amérique.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.