Panaris au doigt, pied ou à l'orteil : comment le reconnaître et le soigner ?

Après une manucure ou pédicure indélicate, ou encore une blessure lors de travaux manuels, vous ressentez une petite inflammation sur le pourtour d'un doigt ou d’un orteil ? Il pourrait s’agir d’un panaris. Comment le reconnaître ? Quels sont les symptômes ? Comment soigner un panaris du doigt ou du pied ? On fait le point.

Définition : qu'est-ce qu'un panaris ?

Le panaris est une infection aiguë des tissus de la peau, d’origine bactérienne, se situant :

  • sur le pourtour de l’ongle (on parle de périonyxis)
  • sous l'ongle
  • au niveau de la pulpe du doigt
  • sur le dos d'un doigt
  • plus rarement au niveau du pourtour d’un orteil

Bien souvent bénigne, l’évolution de cette infection cutanée peut toutefois être grave. L'infection peut être due à un staphylocoque doré. Le doigt devient rouge et gonflé, signe d'inflammation

Également appelé "mal blanc", le panaris peut survenir suite à une plaie, même superficielle, telle une microcoupure sur la main ou le pied. Si une petite peau au bord de l’ongle est arrachée, cela peut favoriser l’apparition d’une tourniole (forme la plus légère du panaris).

Des bactéries logées sur la peau peuvent pénétrer dans la lésion et infecter l’ongle, les tissus, la pulpe ou le dos d'un doigt. Parfois, c’est le doigt entier, ou plus rarement la paume de la main qui est touché(e).

Le panaris peut évoluer en différents stades avec la formation d’un abcès rempli de pus. Afin d’éviter toute aggravation, l’infection doit être traitée rapidement. Cela évitera que les germes pyogènes(qui provoquent du pus) atteignent les gaines tendineuses, les os ou encore les articulations des mains.

L'avis du Docteur Ignace Szmukler, médecin généraliste, expert auprès de la cour d'appel de Paris en médecine générale et infectieuse, sur le panaris

Le panaris se développe habituellement au niveau de la lunule. C’est l’endroit où la peau s’arrête et où l’ongle apparaît pour recouvrir la matrice. Le panaris apparaît après une piqûre avec un outil professionnel, par exemple, ou lors d’une manucure. Avec cette protection en moins, les germes qui sont sur la peau pénètrent à l’intérieur du derme, ce qui favorise les infections.

Panaris au doigt 

Le panaris du doigt survient généralement après une coupure minime, une piqure d’insecte ou une écharde qui peuvent laisser un germe sous la peau et infecter le doigt. Ces petites blessures se soignent la plupart du temps sans aucune complication, mais il peut arriver qu’une bactérie, le plus souvent le staphylocoque doré, se développe sous la peau. Les panaris se localisent généralement autour des ongles des doigts. Dans ce cas, le doigt devient rouge etgonflé dans les heures qui suivent la blessure, et une vive douleur peut être ressentie. Les panaris au doigt doivent être traités rapidement afin d’éviter une propagation de l’infection et la formation d’un abcès et d’une poche de pus.

Photo : panaris au doigt (le majeur), stade inflammatoire

Photo : panaris au doigt (le majeur), stade inflammatoire© Creative Commons

Crédit : Chris Craig (Ciotog) — Travail personnel © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paronychia.jpg

Panaris au pied  

Le panaris au pied se caractérise par des douleurs pulsatiles, c'est-à-dire au rythme des battements du cœur. Le panaris peut par exemple survenir après s’être coupé les ongles des orteils trop courts. L’orteil devient alors rouge, gonflé et une boule de pus peut se former quelques jours après l’apparition de la douleur. Cette infection est bénigne, mais si elle n’est pas correctement traitée, quelques complications peuvent apparaître.

Photo : début de panaris au pied

Photo : début de panaris au pied© Creative Commons

© CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Paronychia_green_discolor.jpg?uselang=fr

Panaris à l'orteil

Le panaris de l'orteil ne se situe pas n'importe où sur la peau, mais est localisé au pourtour de l'ongle, autour d'une plaie, parfois microscopique, envahie par une bactérie de type streptocoque ou staphylocoque. L'orteil est chaud au toucher, douloureux, la peau est enflée et rouge. Afin de résorber l'infection, il faut libérer le pus qui se trouve sous la peau, en faisant des bains réguliers de l'orteil dans un produit antiseptique.

Photo : comment reconnaître un panaris au gros orteil ? 

Photo : comment reconnaître un panaris au gros orteil ?© Istock

Chiffres

S’il est difficile d’obtenir des chiffres exacts dans la littérature scientifique concernant le panaris, le Docteur Szmukler assure que les médecins "en voient régulièrement dans leur patientèle".  

Symptômes et évolution du panaris

Non traité, un panaris évolue en plusieurs phases, quelle que soit la localisation du panaris : au doigt, au pied, à l'orteil, à l'ongle... Le premier stade du panaris survenant après une lésion cutanée, est inflammatoire.

Le premier stade du panaris : le stade inflammatoire du panaris

Deux à trois à jours après la blessure, une zone d'inflammation apparaît, accompagnée d’une douleur localisée au bord de l’ongle et d’une sensation de tension. La peau est rouge et légèrement gonflée. Plus précisément :  

  • S’il s’agit d’un panaris péri-unguéal, c’est-à-dire au niveau des replis cutanés latéraux de l'ongle, la peau est tendue, une rougeur et un gonflement apparaissent autour de l’ongle.
  • Si c’est la pulpe du doigt qui est affectée, celle-ci apparaît également tendue, rouge, et gonflée. Une sensation de chaleur se manifeste.

A ce stade, la douleur est supportable et n’empêche pas de dormir. Pour autant, le traitement médical est urgent.

Dans certains cas, et en l’absence de traitement, la douleur devient peu à peu lancinante et les symptômes peuvent s’intensifier.

L'évolution du panaris vers un abcès

Quelques jours après le début de l’inflammation, le panari se collecte en un abcès. La zone est rouge et chaude, et du pus est parfois visible au bord de l’ongle ou dans la pulpe du doigt. La douleur est permanente et insomniante.

Chez certains sujets, un ganglion douloureux sous l’aisselle et une fièvre modérée peuvent apparaître. A ce stade, "l’incision du panaris est nécessaire pour limiter le risque de diffusion de l’infection dans le corps", précise le Docteur Szmukler.

Quelles sont les causes du panaris ?

Comme l’explique notre expert, "un panaris peut être grave car il s’agit de la diffusion d’un germe local". Dans la majorité des cas, c’est un staphylocoque doré qui est responsable du panaris. Il peut aussi être dû à un streptocoque ou à d'autres germes qui s’infiltrent sur le bout du doigt à la suite :

  • D’une manucure ou soins des pieds ;
  • De l’arrachement de petites peaux des doigts ;
  • D’une microcoupure.

Lorsqu’il se forme sur une autre partie d'un doigt (pulpe, dos du doigt...), l’infection peut être due à :

  • Une ampoule ou une cloque percée ;
  • Une piqûre d'insecte ;
  • Un corps étranger sous la peau (écharde, épine...) ;
  • Une morsure de chien ou une griffurede chat.

Facteurs de risque du panaris

Plusieurs éléments peuvent favoriser le développement d’un panaris :   

  • Une mauvaise hygiène ;
  • Le fait de se ronger les ongles (onychophagie) ;
  • Une maladie de peau (type psoriasis ou eczéma) ;
  • Une maladie chronique (type diabète) ;
  • Un affaiblissement du système immunitaire,susceptibles d'aggraver une infection : traitement immunosuppresseur ou par de la cortisone, infection par VIH/Sida...) ;
  • Les traumatismes (piqûre, excoriation...) des doigts et des ongles ;
  • Les soins de manucure ;
  • L'alcoolisme ;
  • La toxicomanie.

Personnes à risque

Après une blessure au doigt, au pied, à l'orteil ou à l'ongle, tous les individus ne développeront pas un panaris. Comme l’explique notre spécialiste, c’est l’association de plusieurs paramètres qui influencera l’apparition d’une infection plus ou moins sévère.

Ainsi, si la concentration de bactéries agressives sur la peau est importante et si l’individu présente une immunité un peu défaillante localement ou de façon générale, le risque est accru. "Quand les défenses immunitaires sont momentanément abaissées, au cours d’une grippe ou d’une maladie par exemple", le risque s’intensifie, ajoute-t-il.

De manière générale, le panaris est une pathologie qui concerne :

  • Surtout les personnes exerçant des professions manuelles ou agricoles, et qui risquent de se blesser les mains. Des morceaux de bois, épines peuvent entrer sous la peau et constituer une porte d’entrée aux infections ;
  • Les personnes immunodéprimées ;
  • Les patients diabétiques seront davantage sujets à ce type d’infection.

Combien de temps dure un panaris ?

Le panaris apparaît quelques jours après une blessure.

  • En cas de légère lésion, des soins antiseptiques à effectuer plusieurs fois par jour seront prescrits. Le médecin vérifiera l’évolution dans les 2 jours.
  • S’il ne s’est pas résorbé au bout de 48 heures, une incision de l’abcès sera réalisée. En effet, la mise à plat intervient rapidement souligne notre expert.

Limiter le risque de récidive du panaris

Il peut y avoir des récidives si la peau se ferme rapidement. "Le défaut du derme est qu’il se ferme parfois trop vite. Pour éviter cela, le médecin laissera une petite mèche de fil pour maintenir la plaie ouverte afin que toutes les sérosités s’écoulent vers l’extérieur", précise l’infectiologue.

Le panaris est-il contagieux ?

La contagion du panaris au doigt, au pied ou à l'orteil 

Si vous souffrez d’un panaris, le risque de transmission est nul. Ce n’est pas une maladie contagieuse pouvant provoquer un panaris chez un autre sujet.

A noter : les personnes présentant un panaris ne doivent plus cuisiner car le staphylocoque ayant causé l’infection pourrait contaminer l’alimentation et provoquer une diarrhée aiguë chez celles et ceux qui consommeraient la nourriture. 

Le cas du panaris herpétique

Différent du panaris classique, le panaris herpétique est transmis par le virus très contagieux de l’herpès. Également douloureux, il est reconnaissable par la présence de rougeurs, vésicules et gonflements sur un doigt. Mais contrairement au panaris cutané ou sous cutané, le sujet ne ressent pas de tension pulpaire. Dans ce cas précis, il faut éviter de serrer la main à d’autres personnes, de se toucher le visage avec la main infectée et éviter de manipuler toutes sortes d’objets.

Qui et quand consulter ?

Il faut consulter dès que l’on ressent une inflammation ou une gêne au niveau de l’extrémité d’un doigt. "Souvent, la douleur est lancinante, et cela réveille durant la nuit. Dans ce cas, il faut se rendre chez son médecin dans les 48 heures", conseille le Docteur Ignace Szmukler. Une prise en charge rapide est d’autant plus importante si la vaccination antitétanique n’est pas à jour.

Consultez un médecin dans la journée :

  • Si l’inflammation n’a pas régressé au bout de 48 heures avec un traitement antiseptique local ;
  • Lorsque l’abcès est formé ou que du pus s’écoule ;
  • Si le panaris s’accompagne de fièvre ;
  • Si la douleur empêche de dormir ou si l’on sent le doigt battre.

Il est possible de s’automédiquer :

Utiliser un antiseptique local pendant 48h maximum

Complications du panaris au doigt, au pied ou à l'orteil

Le panaris, un risque pour la santé cardiaque

Les complications sont rares si le traitement intervient de façon précoce. Dans le cas contraire, "le principal danger avec un panaris est la propagation de l’infection dans l’organisme", prévient notre expert.

"Chez certaines personnes qui ont un souffle cardiaque cela peut entraîner une infection sur une des valves cardiaques. C’est ce qu’on appelle une endocardite", souligne-t-il. Résultat : des noyaux infectés vont se développer dans le corps. "A cause de l’endocardite, les germes vont se propager, notamment au niveau des disques intervertébraux. Le patient peut alors présenter une spondylodiscite", indique le spécialiste.

Notons que si cela est moins fréquent, une personne avec un cœur sain peut aussi présenter ces troubles en cas de complications.

Le panaris, un risque de séquelles définitives : déformation de l'ongle, perte de mobilité au niveau des mains

Si le panaris touche le bout de l’extrémité d’un doigt, le risque d’aggravation est moindre. Toutefois, si l’infection s’étend à la racine de l’ongle, elle peut aboutir à sa déformation définitive.

Par ailleurs, si le panaris évolue vers l’intérieur du doigt, il peut être déformé de manière irréversible. La gaine tendineuse peut aussi être touchée, et entraîner une affection appelée phlegmon. Si le traitement n’intervient pas à temps, "l’infection peut remonter jusqu’au haut de la gaine, au milieu du bras. Il y a très longtemps, quand il n’y avait pas d’antibiotiques, on était obligés d’inciser l’avant-bras", affirme Ignace Szmukler.

Lorsque l’infection remonte jusqu’aux gaines des tendons musculaires des doigts, aux articulations du doigt, aux os de la main, le sujet peut souffrir de séquelles invalidantes comme une perte de mobilité et/ou de sensibilité au niveau des mains.

Le panaris, un risque de septicémie

Le premier stade est l’inflammation. Il faut le traiter tout de suite, sinon il évoluera en abcès. Une poche de pus se forme, la douleur est plus forte et une fièvre peut apparaitre. Non soignée à ce stade, l’infection peut se propager et toucher les os et les articulations de la main. Dans les complications les plus graves, la bactérie peut atteindre le sang et provoquer une septicémie  ou sepsis. C'est une infection grave d'origine bactérienne, virale ou parasitaire qui se propage dans l'organisme par voie sanguine. 

Diagnostic du panaris

Le diagnostic du panaris est clinique. Suite à l’observation d’une inflammation et/ou de l’abcès, le médecin procèdera à la mise en place du traitement, et si besoin à l’incision si le panaris est au stade collecté.

Si une analyse de sang est éventuellement réalisée, elle montrera une augmentation des globules blancs, ce qui est commun à toutes les infections.

Traitements : comment soigner un panaris au doigt, au pied ou à l'orteil?

Panaris sans abcès : traitement du panaris par les bains antiseptiques et les antibiotiques

  • En cas de panaris léger (début de panaris),  sans formation d'abcès, au début de l’inflammation, et en attendant d’aller voir votre médecin, des bains antiseptiques (Hexomedine®) de doigt ou d’orteil pluriquotidiens peuvent soulager. Cela consiste à tremper le doigt ou le pied dans une solution antiseptique comme du dakin

Comment traiter rapidement un panaris au doigt ?

Au premier stade, des bains d’antiseptique permettent de guérir le panaris en quelques jours. Ces bains auront pour conséquences de faire sortir le pus de la plaie et de désinfecter le doigt en profondeur. Une fois que la plaie est propre, vous pouvez appliquer une compresse imbibée d’alcool à 60° dessus. Si les douleurs persistent, n’hésitez pas à aller consulter votre médecin qui vérifiera vos vaccins et pourra vous prescrire des antibiotiques s’il le juge nécessaire. 

Comment soigner un panaris à l’orteil dès le début ?

Dès que les symptômes du panaris apparaissent (rougeur, gonflement, douleur), il faut faire plonger ses orteils dans une solution antiseptique transcutanée pendant 10 minutes 3 fois par jour. Des pommades antibiotiques locales peuvent également être utilisées. Pensez à laisser votre pied à l'air libre le plus souvent possible entre les applications. Si vous ne constatez aucune amélioration au bout de 48 heures, c'est que le panaris est évolué.

  • Le patient sera tout d’abord mis sous antibiotiques locaux, spécifiques pour la peau, pendant 2 ou 3 jours :  pansements à base d’antibiotiques de type Fucidine® ou Mupiderm® ;
  • Au stade phlegmasique ou catarrhal, le médecin pourra prescrire des antibiotiques par voie orale actifs sur le staphylocoque, comme de la pénicilline ou du macrolide 

En cas de panaris sans abcès, les traitements permettront une amélioration dans les 48h. Dans le cas contraire, il est important de se rendre chez son médecin dans les plus brefs délais.

Panaris avec abcès purulent : la prise en charge chirurgicale 

Si le panaris n’évolue pas favorablement, "une petite zone épaisse, avec un petit bourbillon au milieu va apparaître. Il faudra alors inciser une fois l’abcès mûr sous anesthésie locale ou générale. Cela s’appelle mettre à plat", explique le spécialiste. Lle traitement chirurgical consiste à exciser sous anesthésie locale ou locorégionale tous les tissus nécrosés et les zones purulentes. Les zones purulentes retirées pourront alors être mise en culture afin de déterminer le germe en cause, et si besoin, adapter le traitement antibiotique.

Photo : exemple de panaris nécessitant une intervention pour évacuer le pus

Photo : exemple de panaris nécessitant une intervention pour évacuer le pus© Creative Commons

Crédit : Uwe Jendricke — Photo taken by Uwe Jendricke © CC - Licence : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Panaritium01.jpg

La vaccination

Il est essentiel de vérifier si la vaccination contre le tétanos est à jour. Si la dernière injection est ancienne de plus de dix ans, le médecin fera un rappel.

Soigner un panaris naturellement avec des remèdes de grand-mère ?

Certaines personnes ont tendance à réaliser plusieurs fois par jour des bains dans de l’eau tiède additionnée de gros sel ou dans de l’eau de javel. Notre expert déconseille d’utiliser desremèdes de grand-mère comme tremper son doigt dans de l’eau de javel ou des huiles essentielles

Percer ou pas un panaris ?

Il est impératif de ne pas essayer de percer l'abcès soi-même. Percer un panari avec une aiguille peut être risqué risqué puisqu'on ouvre une brèche infectieuse sur une zone cutanée déjà fragile et vulnérable.

Prévention : comment prévenir la survenue d'un panaris ?

Des gestes simples pour éviter l'infection du doigt ou de l'orteil 

En adoptant des gestes simples, il est possible de se prémunir contre cette infection, et d’éviter un passage aux urgences :

  • Avoir une bonne hygiène de vos mains et ongles: se laver les mains régulièrement, en cas de plaie penser à désinfecter puis mettre un pansement, retirer les épines et écharpes de vos doigts. Penser à se brosser les ongles et sous les ongles pour éviter le dépôt de terre, de saletés... ;
  • Utiliser de bons coupe-ongles (ou ciseaux à ongles) et un coupe cuticules, nettoyés à l'alcool. Pour éviter de souffrir d’un panaris au pied ou à l'ongle, il est recommandé de prendre soin de ses ongles, de ne pas les couper trop courts et de le faire, de préférence, en sortant du bain, lorsqu’ils ont été ramollis par l’eau, et en utilisant des ciseaux propres.
  • Se faire vacciner contre le tétanos où faire un rappel si l’injection date de plus de dix ans ;
  • Éviter de se ronger les ongles, d’arracher les petites peaux autour des mains et les cuticules ;
  • Porter des gants lors de la réalisation de travaux manuels (jardinage, bricolage...)  pour éviter les ampoules et les traumatismes des doigts et des ongles ;
  • N'attraper un insecte avec vos doigts pour éviter les piqûres d'insectes (guêpes, abeilles, frelons, moustiques)
  • Consulter votre médecin si vous avez une maladie de peau (eczéma, psoriasis, mycose...). Il vous donnera des conseils avisés pour éviter toute effraction de la peau, porte d'entrée aux bactéries.

Comment prévenir les panaris chez le bébé ?

Il est important de détecter rapidement un panaris chez le bébé. Il s’agit d’une affection assez fréquente chez les nourrissons. L'orteil du bébé devient rouge au niveau de son ongle.

L'avis du Dr Ignace Szmukler, infectiologue sur les panaris chez les bébés

Les bébés sucent souvent leurs doigts. Cela finit par provoquer un ramollissement de tous les tissus, favorisant ainsi la pénétration des germes qu’il y a sur la peau.

En marchant à quatre pattes, les bactéries sont aussi davantage à portée de main des bébés, qui les portent à la bouche. "Il faut bien les laver et vérifier l’extrémité des doigts au moment du bain", conseille notre spécialiste.

Notons également qu’une transpiration excessive chez le jeune enfant peut augmenter le risque d’infection et le développement de champignons après une lésion. En cas de doute, il est recommandé de prendre rendez-vous avec son pédiatre afin qu’il prescrive, le cas échéant, le traitement adéquat.

Sites d’informations et associations

Ameli.fr

Institut français de chirurgie de la main

Fédération des services d’urgences de la main (FESUM)

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.